- Les Cafés Géo - http://cafe-geo.net -

Agriculture et mondialisation. Un atout géopolitique pour la France

abis-pouch-agriculture-mondialisation

Sébastien Abis, Thierry Pouch, Agriculture et mondialisation Un atout géopolitique pour la France, Nouveaux Débats, Les Presses de SciencesPo, Paris, 2013, 185 p.

Dans le présent ouvrage, deux experts rappellent, avec compétence et rigueur, que la France, pays traditionnellement rural, n’est parvenue qu’assez récemment à faire de son agriculture une activité économiquement structurante et géopolitiquement stratégique. En effet, il a fallu attendre le début des années 1970 pour que « l’agriculture change de statut : elle ne constitue plus un frein à la croissance de l’économie » (p.36). La France est alors devenue le second agro-exportateur mondial.

Or, il y a longtemps que la richesse des sols et la tempérance des climats ne font plus l’opulence agricole. Désormais, « détenir des avantages comparatifs relève de déterminants sociopolitiques et institutionnels » (p.38). Partant, ce sont les lois d’orientation agricole de 1960-1962, ainsi que la Politique agricole commune, qui ont donné une impulsion décisive à la vocation exportatrice de la France. La puissance agricole n’existe donc pas a priori mais s’avère être un construit né du volontarisme politique.

Ce constat est d’autant plus vrai que la mondialisation n’est pas un simple théâtre commercial planétaire fait d’économies décloisonnées mais « un champ de forces au sein duquel les nations ou les groupes de nations luttent pour la capture des marchés par la valorisation de leurs propres avantages comparatifs » (p.50). Ainsi, l’agriculture française fait face à la force de frappe commerciale de ses traditionnels concurrents (Etats-Unis, Canada, Australie) et à l’agressivité de ses partenaires européens (Allemagne, Pays-Bas) mais doit aussi composer avec le « basculement du centre de gravité du monde » (p.49), c’est-à-dire la spectaculaire émergence de géants agricoles venus du Sud.

En conséquence, il est nécessaire que la France prenne conscience, à la fois, de l’importance économique de ses atouts agricoles (surtout dans un contexte de crise et de déficits commerciaux à récurrents) et de l’ineptie qui consisterait à « négliger l’enjeu agricole et alimentaire dans une économie mondiale en proie au désordre général et, en particulier, aux crises alimentaires [… sous peine de faire] courir un réel risque de déclassement de l’économie française » (p.64).

Pour éviter l’écueil du déclin paysan, les politiques doivent assumer leurs responsabilités. Tout d’abord, en reconnaissant que l’ouverture irréfléchie de l’économie nationale est porteuse de risques : « l’économie française ne peut pas se permettre de dilapider ses atouts agricoles et alimentaires sur l’autel d’un libre-échange illusoire » (p.108). L’Europe, aiguillonnée en ce sens par la France, aurait tout intérêt à relancer sa PAC, non pas forcément en majorant son budget, mais en construisant un « volet stratégique » (p.153) lui permettant de cibler les marchés les plus porteurs. Que la France développe également une diplomatie économique ajustée à la projection commerciale planétaire de son agriculture et s’avère capable « de renforcer les synergies entre les acteurs [FTN, coopératives] et les institutions » (p.140).

In fine, il est urgent que la France choisisse d’« adopter une démarche proactive et [de] faire preuve de plus d’ambitions géopolitiques » (p.74). Seule une telle approche permettra de « construire une stratégie agricole capable de répondre à la triple exigence de « produire mieux », « produire plus » et « savoir pour qui produire » » (p.167). Ipso facto, la puissance française sera consolidée dans la mesure où « la détention de ressources agricoles et alimentaires permet à un pays […] de préserver son rang dans la hiérarchie des pays producteurs et exportateurs de biens agricoles et de participer dans le même temps aux grands équilibres vitaux du monde » (p.68).

Puisse donc le monde politique français lire Agriculture et mondialisation et en tirer les conclusions qui s’imposent !

Stéphane Dubois, octobre 2015