- Les Cafés Géo - http://cafe-geo.net -

Billet d’humeur. Brevet 2018 : une géographie simpliste et parisiano-centrée !

A l’épreuve d’histoire-géographie du brevet 2018, cette carte de France a été fournie aux candidats qui devaient la colorier et la compléter. Sans s’embarrasser de subtilité (on est au brevet !), la France métropolitaine est ici divisée en deux catégories elles-mêmes subdivisées en deux. Hormis les territoires ultramarins, la France se retrouve donc divisée en quatre ! La géographie est vraiment une merveille de simplicité ! Que ceux qui ont de mauvais souvenirs avec l’apprentissage des départements se réjouissent, aujourd’hui tout est limpide ! Cependant certains s’interrogeront sur l’utilisation des termes territoires et espaces : pourquoi les uns sont dynamiques alors que les autres sont en difficulté ? On pourra même se demander quelle logique préside à l’insertion d’un terme ou de l’autre dans la légende de la carte…

Que la France est simple, vue d’un bureau parisien ! Les habitants de Dieppe -ville de Seine maritime où le taux de chômage est supérieur à 20%- seront ravis d’apprendre qu’ils font partie du coeur économique du pays ! Ceux de Tours ou du Mans seront surpris de savoir qu’ils sont dans des espaces ruraux mal reliés (un espace rural peut-il d’ailleurs être bien relié ?) : ces deux villes, situées à des carrefours autoroutiers, sont pourtant desservies par des lignes de TGV qui les mettent à une heure de Paris ! Enfin, le département du Gers (chef-lieu Auch !!) appartient aux espaces périphériques dynamiques : en toute logique, les élèves devraient y trouver plus tard sans difficulté un emploi sur place.

Les candidats étaient également invités à méditer sur le témoignage de Jean-Jacques Auduc, très jeune résistant sarthois (décédé en 2017) amené à faire des allers et retours entre Le Mans et Foulletourte (25 km). On a cru bon de préciser la localisation de ce village en indiquant : « commune située dans l’Ouest de la France ». Certes, on est à peu près à 230 km à l’ouest du bureau parisien. Qu’est-ce que l’Ouest de la France sans plus de précision ? Les Bretons ont dû s’amuser de la manière dont leurs compatriotes considèrent l’Ouest !

Enseigner l’histoire est difficile ; enseigner la géographie est encore plus ardu. On ne peut s’en sortir que par l’utilisation de termes précis et de localisations claires. Se limiter à des généralités fades et discutables, travailler principalement à petite échelle et penser la France uniquement depuis son centre, c’est à coup sûr ne rien comprendre à sa géographie. Et l’essentiel des programmes actuels de collège ne sont-ils pas ainsi conçus ?

Denis Wolff