- Les Cafés Géo - http://cafe-geo.net -

Comprendre la mondialisation par la géographie

Café géographique de Saint-Brieuc du 13 octobre 2016

affiche-cg-st-brieuc-oct-2016

Daniel Oster, a longtemps enseigné la géographie en classes préparatoires au lycée Henri IV (Paris). Il est l’auteur de plusieurs ouvrages universitaires dont « La mondialisation contemporaine » (Nathan, 2013, seconde édition à paraître en 2016) et « La Cartographie » (Nathan, 2014).

Daniel Oster se propose de nous donner ce soir quelques clefs pour comprendre ce que l’on appelle la mondialisation ; si elle nous concerne tous, elle n’est pas si simple à définir.

Nous pouvons, dans un premier temps, définir la mondialisation comme un processus de mises en relation et d’interactions des territoires dans une logique de production et d’échanges. Mais ce processus qui, depuis plusieurs décennies, est devenu incontournable pour expliquer les mutations du monde actuel, est complexe.

C’est cette complexité que Daniel Oster se propose de mettre en évidence dans la 1ère partie de son intervention. Des mécanismes  complexes, une interprétation qui fait débat, mais une mondialisation visible car elle s’inscrit dans l’espace et remodèle les territoires. La géographie, parce qu’elle est l’étude des lieux, apparaît donc comme essentielle pour lire et comprendre la mondialisation. C’est à partir de l’analyse de quelques cartes (l’outil du géographe) que Daniel Oster, dans une 2ème partie, soulignera l’importance de la mondialisation dans le bouleversement du monde.

1 – Définir la mondialisation pour mieux comprendre le processus

       1 – Est-il possible de définir et de dater la mondialisation ?

Le terme est apparu en 1961 dans sa version anglaise « globalization », mais il ne s’impose vraiment qu’au début des années 1980. Si le terme s’est popularisé depuis maintenant plus de trente ans, son contenu, sa signification fluctuent. Pourquoi ? Il est possible d’avancer plusieurs raisons. Alors que l’anglais n’a qu’un terme pour définir le processus, le français en a deux, mondialisation et globalisation qui n’ont pas toujours le même sens ; c’est, par ailleurs, un processus inédit en constante évolution, le terme à ses débuts n’évoquait que le volet économique du processus associé au triomphe du capitalisme-néo-libéral alors qu’en réalité, la mondialisation a des répercussions sur tous les aspects de l’organisation des sociétés et des territoires. Et ce grand basculement mondial fait débat. On charge la mondialisation de tous les maux ou de toutes les promesses de l’avenir ; il y a ceux qui l’encensent et ceux qui l’accusent de dérives préjudiciables à de vastes territoires et à des populations très importantes, voire à l’ensemble de la terre sur le plan environnemental.

La mondialisation reconfigure le monde, remodèle les territoires et affecte tous les domaines, non seulement économique et financier mais aussi social, culturel, politique, idéologique, favorisant une transition de l’humanité dans ses composantes économiques, sociopolitiques et écologiques. C’est un processus multidimensionnel dont la nature géographique est fondamentale pour sa compréhension. La mondialisation a été pendant longtemps analysée par les économistes, et ce n’est que récemment, dans les années 2000, que les géographes analysent le processus. Olivier Dollfus est le premier géographe à proposer l’idée d’un « système-monde » qu’il va préciser dans son ouvrage pionnier « La mondialisation » publié en 1996. Il y étudie l’archipel mégalopolitain mondial, ensemble de grandes métropoles qui contribuent à la direction du monde. Un autre géographe, Laurent Carroué, dans son ouvrage « Géographie de la mondialisation », publié en 2002, définit la mondialisation comme le processus historique d’extension progressive du système capitaliste dans l’espace géographique mondial. Cette longue phase  commencerait en 1492 ou plus précisément avec la première circumnavigation de Magellan en 1522 qui met en contact toutes les parties de la planète. Laurent Carroué et bien d’autres avec lui identifient alors trois mondialisations successives depuis les Grandes Découvertes, la 3ème phase du processus – la mondialisation contemporaine – façonnant le monde depuis les années 1960. L’historienne et politologue américaine Suzanne Berger publie, en 2003, un essai « Notre première mondialisation, leçons d’un échec oublié » dans lequel elle soutient la thèse que la première mondialisation (la « véritable« ) est celle qui couvre la période 1870-1914 pendant laquelle la plus grande partie des espaces de la planète entre en interconnexion.

Complexité donc d’une définition qui révèle la complexité du processus.

Ce processus d’intégration planétaire a été rendu possible par les progrès technologiques spectaculaires des dernières décennies qui vont comprimer l’espace-temps avec la révolution des transports (maritimes, aériens, terrestres) et des communications (Internet, téléphonie mobile, fibre optique, technologie digitale…) grâce auxquelles on communique en temps réel avec tous les points du monde.

2 – Trois termes pour définir le même processus : Mondialisation, Globalisation, Planétarisation.

Au fur et à mesure de l’avancée du processus, l’acception du terme mondialisation s’enrichit et en même temps se brouille. Aux définitions essentiellement économiques s’ajoutent de nouvelles approches, celles des sociologues, des historiens, des géographes, des politologues… d’où la difficulté de parvenir à une définition claire et unanimement reconnue. Le mot français globalisation (une des traductions du terme anglais) tend aujourd’hui à être employé pour désigner un aspect particulier du processus, mais là encore les auteurs ne s’entendent pas sur son contenu. Pour Cynthia Ghorra-Gobin, géographe et sociologue, la globalisation est l’aspect financier de la mondialisation (pour aller plus loin, Daniel Oster nous invite à consulter l’ouvrage que Cynthia Ghorra-Gobin a dirigé, le « Dictionnaire critique de la mondialisation », Armand Colin, 2012). Laurent Carroué, lui, préfère réserver le terme de globalisation au processus d’interactions et d’interrelations des sociétés humaines avec les milieux naturels.

Enfin, le terme de planétarisation a un contenu plus environnemental. Pour Cynthia Ghorra-Gobin, planétarisation est un bon terme pour rendre compte du processus d’interactions Homme-Milieu à l’échelle mondiale ; il traduit la prise de conscience de la finitude des écosystèmes naturels anthropisés et la mise en évidence des crises au niveau de la planète avec le changement climatique.

Pour faire simple, mieux vaut employer en français le terme de mondialisation comme le préconise  le géographe Christian Grataloup.

3 – Quelques éléments sur la  mondialisation économique…

La mondialisation étant perçue, dans les années 1980, comme un processus économique et financier, est d’abord analysée par les économistes. L’économiste américain Théodore Levitt publie un article en 1983 sur la globalisation des marchés qui se traduit par la convergence des marchés et des modes de consommation à l’échelle du monde. Dans les années 1980, un autre économiste, Kenichi Ohmae, met en évidence le rôle des grandes firmes qui seraient les agents principaux de la mondialisation. Elles se sont restructurées dans une logique de production : de multinationales (structure hiérarchique à l’échelle de la planète, avec la maison-mère et les filiales à l’étranger pour exploiter, à l’abri des barrières douanières, un marché national), elles se  sont transformées en entités transnationales dans les années 1990 (maison-mère et  multiplication des filiales dont la localisation est déterminée par le jeu des avantages comparatifs dans le cadre de la production et du marché).

Dans les années 1990, émerge un autre aspect de la mondialisation : le déclin des Etats-Nations et le rôle accru de nouveaux acteurs. Les Etats sont les grands perdants de la mondialisation avec la multiplication des délocalisations, la dérégulation financière à l’échelle planétaire, la moindre pertinence des frontières au niveau de la production et des échanges. En revanche, de nouveaux acteurs émergent.

Daniel Oster nous propose une définition de la mondialisation qu’il fait sienne, celle que donne le géographe François Bost en 2006 : la mondialisation désigne la dernière étape du capitalisme et de l’économie mondiale marquée par le passage d’une économie internationale (caractérisée par les échanges entre les Etats) à une économie globalisée (économie organisée par les grandes firmes à l’échelle de la planète).

Les Etats-Nations perdent leur primauté au profit de nouveaux acteurs. A l’échelle internationale, les firmes transnationales qui sont au cœur de l’économie-monde mais aussi les organisations mondiales comme la Banque Mondiale, le FMI, l’OMC pour réguler les dérèglements de l’économie mondiale. A l’échelle locale, la population se mobilise à travers les réseaux sociaux, les ONG…

L’ordre international constitué d’Etats-Nations est bousculé par un nouvel ordre mondial qui remodèle les territoires au profit de regroupements régionaux comme l’ALENA (Accord de libre-échange nord-américain) ou l’UE (Union Européenne), de l’archipel métropolitain (Londres-Tokyo-New-York-Paris-Shanghai-Singapour) ainsi que des réseaux de toutes sortes comme les diasporas (en particulier la diaspora chinoise).

4 – … et sur la mondialisation culturelle

Daniel Oster nous rappelle que la mondialisation est un processus omni-englobant qui bouleverse le monde sur les plans économique, financier, politique, social, démographique, culturel… C’est sur cet aspect culturel de la mondialisation que notre intervenant souhaite, après le volet économique, donner quelques exemples  ce soir.

On constate à l’échelle mondiale, l’émergence d’une culture de masse, objet d’un marché global. Cette culture de masse impose des références universelles construites autour du sport-spectacle (Jeux Olympiques, coupe mondiale de football), de la variété internationale ou encore des figures médiatisées. Elle s’appuie sur un essor formidable des outils d’information mais aussi sur une rupture historique de la mobilité. Depuis l’origine de l’humanité, l’immense majorité des hommes vivait dans un rayon qui ne dépassait pas 20 km de leur lieu de naissance. Aujourd’hui, en prenant l’exemple du touriste : un touriste (ils sont un milliard chaque année) parcourt individuellement plus de 1000 km en moyenne par an.

Mais depuis quelques décennies, cette diffusion universelle d’une culture populaire reste équivoque. Il est illusoire de croire en l’émergence d’une société-monde  régie par les mêmes soucis globalisés et porteuse d’une opinion publique mondiale. Au contraire, plus la mondialisation est perçue comme un écrasement des cultures locales, comme une négation des particularismes, plus elle réactive en retour les affirmations identitaires et réveille les marqueurs « civilisationnels ».

Cette mondialisation culturelle est à la fois porteuse d’homogénéisation et de distinction, d’uniformisation culturelle mais aussi de singularisation des sociétés. L’essor de l’islamisme, les tensions religieuses en Asie, en Afrique sont, au-delà des contextes locaux, des contrecoups de l’immixtion d’une logique globalisée dans des sociétés qui se sentent agressées.

Loin de correspondre à une poussée linéaire, la mondialisation est créatrice de crises, loin de glisser sur les progrès dont elle est porteuse elle se frotte à la rugosité du monde dans une réception conflictuelle qui infléchit plus ou moins profondément son cours.

2 – La mise en cartes de la mondialisation

1 – Le système migratoire international

 

 

Les enjeux planétaires des migrations internationales Carte extraite de l'ouvrage "La mondialisation contemporaine", N.Balaresque, D.Oster, Nathan,  2013

Les enjeux planétaires des migrations internationales
Carte extraite de l’ouvrage « La mondialisation contemporaine », N.Balaresque, D.Oster, Nathan,  2013

Daniel Oster souhaite nous montrer, à partir de cette carte, quelques aspects du système migratoire international qui est, depuis quelques décennies, l’un des grands enjeux de la planète particulièrement sur les plans économique, politique et culturel. Le paysage migratoire international s’est modifié avec des circulations de plus en plus complexes, des transits à larges rayons qui se généralisent à l’échelle planétaire.  Les raisons de ces migrations sont nombreuses : évolution démographique et du marché du travail, instabilité politique et  guerres, changement climatique, explosion du tourisme… Avec la révolution des transports à grande distance ainsi que celle des NTIC (nouvelles technologies d’information et de communication), les flux sont aujourd’hui mondialisés. Dans le même  temps, cette recomposition sociale et spatiale se heurte, dans les pays d’accueil, à des barrières de plus en plus strictes. C’est l’une des contradictions majeures du paysage migratoire international dont les chiffres sont significatifs pour cet enjeu du XXIème siècle. Sur les quelque 7 milliards d’habitants, 1 milliard se trouve en situation de mobilité : 75% concernent les migrations internes, 25% (soit 250 millions de personnes) pour les migrations internationales, ce qui est beaucoup plus qu’il y a une quarantaine d’années (77 millions). Sur le plan spatial, ces mobilités multiples dessinent un système migratoire complexe : le schéma migratoire mondial des années 1950 fondé sur un Sud, espace de départ et un Nord, espace d’accueil n’est plus aussi pertinent aujourd’hui. Pour exemple, le Sud qui était déjà un espace d’émigration est devenu aussi un espace d’immigration et de transit.

De fait, Daniel Oster souligne la difficulté de réaliser une carte des migrations internationales qui doit rester lisible. Il s’agit, pour les auteurs, d’effectuer un tri dans les éléments à cartographier, d’opérer des regroupements, d’établir une typologie… pour réaliser la légende; celle-ci met en évidence les facteurs des migrations, les flux, les politiques migratoires, les enjeux migratoires (financiers, démographiques – exemple de l’Allemagne), les remises des migrants (Inde, Pakistan, Indonésie).

 

2 – Religions et mondialisation

Le fait religieux mondialisé  Carte extraite de l'ouvrage "La mondialisation contemporaine", N.Balaresque, D.Oster, Nathan,  2013

Le fait religieux mondialisé
 Carte extraite de l’ouvrage « La mondialisation contemporaine », N.Balaresque, D.Oster, Nathan,  2013

Notre intervenant précise que les auteurs de cette carte, malgré les difficultés à cartographier le fait religieux à l’échelle de la planète (qui prendre en compte ? les pratiquants ou les croyants ? quelles sources utiliser ?) ont souhaité réaliser cette carte pour montrer que la cartographie peut représenter un aspect culturel.

Cette carte localise les grandes aires religieuses (christianisme, islam, judaïsme, hindouisme, bouddhisme, confucianisme, shintoïsme, animisme et religions coutumières) qui n’ont finalement, à l’échelle mondiale, pas trop bougé depuis l’émergence des grandes religions, il y a environ 2000 ans et leur diffusion (Grandes Découvertes, colonisation). La situation du continent africain est particulière car il est traversé par une ligne de contact qui sépare l’islam au nord du christianisme au sud, source de tensions et de conflits dans les pays, comme le Nigéria dont le territoire se trouve au niveau de cette ligne. A l’échelle régionale, la situation est plus complexe, les migrations internes de travail redistribuent la population ; les musulmans du Nord quittent leur région pour s’installer dans les villes plus au sud (la capitale, Abuja, ou le port de Lagos qui a des quartiers chrétiens, des quartiers musulmans). Selon l’échelle d’observation, la carte dessine des situations différentes.

Cette distribution et recomposition religieuse à l’échelle régionale est à l’origine de tensions et de conflits dans lesquels, très souvent, la religion est instrumentalisée car le clivage religieux se superpose à des clivages sociaux, politiques et économiques (c’est l’objet de la 2ème partie de la légende). Daniel Oster souligne aussi que cette carte du fait religieux mondialisé aurait été incomplète sans les éléments de la 3ème partie de la légende : la persistance de la démarche pacifique du fait religieux (dialogue politique, intellectuel, démarche humanitaire ainsi que le tourisme religieux).

3 – La maritimisation de la planète

La mer, miroir de la mondialisation Carte extraite de l'ouvrage "La mondialisation contemporaine", N.Balaresque, D.Oster, Nathan,  2013

La mer, miroir de la mondialisation
Carte extraite de l’ouvrage « La mondialisation contemporaine », N.Balaresque, D.Oster, Nathan,  2013

 

Pour cette carte, Daniel Oster souligne que les auteurs ont fait le choix d’une projection polaire qui rend mieux compte des routes maritimes et d’un plan, non pas thématique, mais géographique pour établir la légende. La première partie, la diffusion planétaire des enjeux maritimes, souligne l’importance des flux commerciaux qui sillonnent les mers et les océans, la littoralisation (concentrations portuaires et littoraux touristiques) et les zones d’exploitation maritimes (minerais, pétrole). S’il y a bien une maritimisation du monde, elle est concentrée autour de quelques pôles ; la deuxième partie de la légende concerne cette polarisation au niveau des détroits majeurs, (Ormuz, Bab el-Mandab, Bosphore, Malacca) et des canaux interocéaniques (Panama et Suez) qui sont des points de passages stratégiques pour les conteneurs mais aussi au niveau des hubs (grands ports d’éclatement à partir desquels les flux secondaires sont dirigés vers des ports moins importants). La localisation des plus grands ports de la planète qui sont situés dans les pays émergents d’Asie du Sud-Est (parmi les 10 premiers grands ports mondiaux, 7 sont chinois dont Shanghai, Hong-Kong, Tianjin) rend compte de la recomposition territoriale liée à la mondialisation ; en revanche, les grands armements de la planète  appartiennent encore aux vieux pays industrialisés (Europe principalement : Danemark avec Maersk, France avec la CGM, etc.). Ces processus de diffusion et de polarisation sont à mettre en rapport avec les enjeux majeurs liés à l’espace maritime ; c’est l’objet de la troisième partie de la légende (aspects géostratégiques, conflictuels – espace convoité pour ses ressources – et environnemental – marées noires et surpêche). La mer joue un rôle clef dans la mondialisation.

4 – Quelques exemples de cartes à l’échelle régionale pour mettre en évidence les recompositions territoriales contemporaines

Daniel Oster nous propose rapidement (quitte à y revenir lors du débat) quelques cartes pour montrer les nouvelles dynamiques des territoires liées la mondialisation.

La Chine et son environnement asiatique (Carte extraite de l'ouvrage "La mondialisation contemporaine", N.Balaresque, D.Oster, Nathan,  2013)

La Chine et son environnement asiatique (Carte extraite de l’ouvrage « La mondialisation contemporaine », N.Balaresque, D.Oster, Nathan,  2013)

 

Les auteurs ont voulu montrer comment la Chine, deuxième puissance économique mondiale derrière les Etats-Unis organise l’espace du Sud-Est asiatique entre des partenariats « obligés » pour des raisons économiques avec la Russie, la Mongolie, les pays d’Asie centrale, et des tensions « maîtrisées » avec les Etats bordiers de la Mer de Chine pour la délimitation des ZEE et le partage de ses îlots.

Le Sahara, un espace de tensions et de conflits (Carte extraite de l'ouvrage "La mondialisation contemporaine", N.Balaresque, D.Oster, Nathan,  2013).

Le Sahara, un espace de tensions et de conflits (Carte extraite de l’ouvrage « La mondialisation contemporaine », N.Balaresque, D.Oster, Nathan,  2013).

Daniel Oster nous explique que cette carte  devait montrer que cet immense désert du Sahara par ses ressources considérables (pétrole, minerais, aquifères) et ses aspects géopolitiques (montée de l’islamisme) intéresse la planète tout entière, les Etats-Unis, l’Europe mais aussi la Chine, entre autres. Le Sahara est aujourd’hui un désert mondialisé.

 

 - L'Arctique, entre inquiétudes et espoirs (Carte extraite de l'ouvrage "La mondialisation contemporaine", N.Balaresque, D.Oster, Nathan,  2013).


– L’Arctique, entre inquiétudes et espoirs (Carte extraite de l’ouvrage « La mondialisation contemporaine », N.Balaresque, D.Oster, Nathan,  2013).

Notre intervenant souligne que la projection polaire était absolument nécessaire pour cartographier les routes maritimes qui viennent de s’ouvrir au nord de la Sibérie et du Canada avec le réchauffement climatique (rétraction et fonte de la banquise) et pour montrer la proximité des Etats dits polaires ( Canada, Etats-Unis avec l’Alaska, Norvège et Russie).

L’Arctique illustre un des aspects de la mondialisation, celui de nouvelles perspectives d’exploitation des ressources (hydrocarbures et minerais) et de nouvelles routes maritimes plus courtes qui vont supporter des flux de plus en plus importants permettant des économies considérables. L’Arctique, parce qu’il s’ouvre à la mondialisation intéresse le monde entier mais les inquiétudes ne sont pas absentes (le partage des ressources entre les pays bordiers le l’Océan Arctique, le problème des catastrophes environnementales dans un milieu extrêmement fragile).

L’Arctique par les espoirs qu’il suscite et les inquiétudes qu’il développe illustre bien le processus de cette mondialisation qui concerne tous les territoires de la planète.    

Questions :

1 – Où va-t-on avec ce processus de mondialisation qui nous concerne tous ?

Je perçois votre inquiétude derrière votre question mais je ne suis pas plus devin que vous. Il est vrai que la mondialisation qui est un processus d’interconnexion des sociétés et des territoires à l’échelle de la planète, va se poursuivre, s’approfondir. En revanche cet approfondissement risque de rencontrer des limites, en particulier environnementales. Pour exemple, la maritimisation dont les flux sont de plus en plus importants en rythme et en tonnages participe à la dégradation de l’environnement. N’y-a-il pas là une contradiction dont il faudra bien tenir compte ?

2 – Ne constate-t-on pas un petit signe de ralentissement au niveau du transport maritime ? Depuis quelques années Singapour connaît une certaine régression dans son trafic ?

Je pense que cette régression qui concerne le transport des hydrocarbures est liée à la crise économique qui touche, depuis 2008, les pays les plus riches (c’est donc l’aspect conjoncturel de cette régression). Par ailleurs, certains pays, comme les Etats-Unis ou le Canada utilisent depuis quelques années des hydrocarbures de substitution, ce qui explique aussi le moindre trafic des hydrocarbures. En revanche, le trafic des conteneurs n’a pas ralenti, il augmente au contraire ; la maritimisation se poursuit.

3 – Carte des enjeux sanitaires 

3 - Carte des enjeux sanitaires (Carte extraite de l'ouvrage "La mondialisation contemporaine", N.Balaresque, D.Oster, Nathan,  2013).

(Carte extraite de l’ouvrage « La mondialisation contemporaine », N.Balaresque, D.Oster, Nathan,  2013).

Pour construire cette carte, les auteurs ont utilisé un nouvel indicateur statistique proposé par l’OMS en 2010, l’espérance de vie en bonne santé. On constate alors que les inégalités sanitaires à l’échelle de la planète sont considérables, on peut même affirmer qu’elles n’ont jamais été aussi importantes. Les pays du Sud concentrent certaines maladies éradiquées dans les pays riches ; de nouvelles pathologies, comme le sida, y sont aussi mieux soignées ; en revanche, il y a émergence de maladies de développement, comme l’obésité (qui touche les Etats-Unis, la Chine mais aussi la France).  Sur la carte, les pays d’Afrique sont, au niveau sanitaire, dans une situation de grande difficulté, l’espérance de vie en bonne santé ne dépasse pas 40 ans ; et pourtant, et c’est tout le paradoxe de la mondialisation, l’Afrique constitue un marché considérable avec le développement d’une classe moyenne et des taux de croissance très élevés pour quelques pays d’Afrique (comme le Kénya) que l’on appelle « Les Eléphants ».

4 – Pour continuer sur l’Afrique, j’ai vu dans certains  pays, des Chinois qui vivent comme les Africains, qui tiennent des petits commerces, qui s’adaptent face aux difficultés quotidiennes.

Au-delà de votre témoignage dont le constat est fort juste, les Chinois sont en train de prendre progressivement la place des anciens colonisateurs (les Français, les Anglais). Pour exemple, la ligne de chemin de fer Addis-Abeba a été construite entre 1897 et 1917 par la Compagnie du chemin de fer franco-éthiopien; elle nécessitait de nouveaux travaux qui ont été entrepris en 2013 par les gouvernements éthiopien et djiboutien et qui ont été financés et réalisés par la Chine, un moyen pour elle de renforcer sa présence sur le continent africain. La Chine s’intéresse aux matières premières et aux terres arables de l’Afrique, elle y amène pour des raisons de rentabilité, des travailleurs chinois souvent mal payés.

5 – Vous avez bien montré que depuis Magellan, le processus de mondialisation est inéluctable, qu’il est parfois anarchique et sources d’inégalités et d’inquiétudes. Ne pourrait-on pas imaginer une gouvernance mondiale qui puisse réguler le processus ?

En ce qui concerne une forme de gouvernance mondiale pour réguler les effets de la mondialisation, personnellement, je suis assez pessimiste. Par exemple, la régulation d’internet est sous le contrôle des Etats-Unis, dans quelle mesure les négociations aboutiront-elles pour que d’autres pays y participent ? En revanche, nous constatons qu’il y a une prise de conscience de certains problèmes, comme dans le domaine environnemental, pour lesquels il y a une esquisse de volonté  collective à l’échelle mondiale (la Conférence de Paris en 2015 et les négociations qui se poursuivent aujourd’hui).

 

Compte rendu rédigé par Christiane Barcellini
et relu par Daniel Oster, novembre 2016