- Les Cafés Géo - http://cafe-geo.net -

Géopolitique à l’heure du numérique : la Géographie sert-elle (toujours) à faire la guerre ? (E.Eveno)

Café Géo animé par Emmanuel EVENO, professeur de Géographie à l’Université Toulouse II le Mirail, co-responsable du Master professionnel eAdministration et Solidarité numérique du Centre universitaire Champollion.

Éléments de problématique :

L’informatique et les réseaux comme « supplément d’armes »

La cybernétique de Norbert Wiener et Arturo Rosenblueth a été initiée dans le cadre des programmes de défense du gouvernement américain, pendant la deuxième guerre mondiale. A côté du programme « Manhattan », évidemment bien plus connu, ce programme devait permettre d’accroître la puissance de calcul au bénéfice du programme Manhattan. Ces prémices sont à l’origine de nombreux programmes portant sur les « nouveaux équipements » des militaires en campagne. Le combattant moderne est environné de technologies de plus en plus complexes. On a même envisagé d’extraire les combattants humains grâce au déploiement d’automates (les drônes) ou de « cibler » très précisément les objectifs (la fameuse « guerre chirurgicale »)…

Dans les conflits récents, la Guerre du Golfe de 1991 (et les mésaventures du missile Exocet, notamment) marque une étape importante. Autre cas intéressant, la « guerre informatique » menée par Israël et les Etats-Unis contre l’Iran, en cours de développement en ce moment même… ou encore celle conduite par la Chine contre le Tibet…

Les TIC comme « nouvel espace de conflit »

La topographie des réseaux et des noeuds, l’accès à l’orbite géostationnaire, les réseaux transcontinentaux et leur nécessaire « protection » sont des enjeux fondamentaux. Les guerres « post-modernes » voient un affrontement entre des Etats territoriaux et des organisations en réseaux (Al Qaeda…). C’est la théorie de la « guerre asymétrique ».

D’un autre côté, l’apparition, avec le monde des réseaux, de nouveaux acteurs, certes marginaux mais non sans efficacité, les « hackers » notamment, contribue à renouveler le questionnement en matière de géopolitique. Le cas très emblématique de Wiki Leaks en fournit un exemple très intéressant.

Accès et contrôle de l’information, nouvelles dimensions d’une question immémoriale (entre politique, militaire et commerce)

La progressive transformation des « Agences de renseignements » avec la prise en compte des données de la « guerre économique » (Conflit du Golfe de 1991), le programme « Echelon », le développement des CCTV, sont également des orientations récentes de la géopolitique des réseaux.

On s’attachera à l’illustrer au travers de l’évocation du cas « David Copeland », affaire qui fit grand bruit en Angleterre au début des années 2000.

(Première publication le 14 décembre 2010, à l’url http://www.cafe-geo.net/article.php3?id_article=2063)