- Les Cafés Géo - http://cafe-geo.net -

Le Havre – Porte Océane 

31août -1 & 2 septembre 2018

 

 

 

 

 

François Ier en ordonna la création en 1517.

Un bombardement anglais rasa le centre-ville le 5 septembre 1944.

Entre destructions et reconstructions, Le Havre de Grâce se veut toujours renaissant. Le port fut au coeur de la ville basse, puis il l’a quittée pour migrer en amont de l’estuaire, en ZIP, avant de s’étaler dans Port 2000.

Auguste Perret a assuré la reconstruction du centre ville aujourd’hui inscrit au patrimoine mondial de l’Unesco. Oscar Niemeyer en a adouci la rationalité des lignes avec les courbes du « volcan ».

Les friches industrialo-portuaires ont été restaurées par Jean Nouvel.

Enfin Le Havre se souvient qu’un bord de mer peut être « un petit Nice » et que la lumière d’un estuaire peut attirer les touristes. C’est donc sur le front de mer que le Musée A. Malraux a été édifié.

 Ville des peintres (Impression soleil levant), ville des architectes, Le Havre espère désormais séduire le plus grand nombre possible de touristes.  

 

 

Entrée de ville, bassin du Commerce, Niemeyer, Quai de Saouthampton, plage, navires, port

Le voyage est  organisé par Maryse Verfaillie pour Les Cafés géographiques (de Paris). Les deux journées ont été préparées par Pierre Stragiotti, géographe et fidèle adhérent de notre association. 

Sur les bords de la  Seine, entre falaise et estuaire s’étale l’agglomération industrialo-portuaire du Havre

Ultime jalon de la vallée de la Seine, à 200 km de Paris et 90 km de Rouen, l’agglomération s’étend sur la rive droite de l’embouchure, qu’enjambent les ponts de Tancarville et de Normandie. Elle comprend, outre une vaste ZIP (Zone industrialo-portuaire), la commune de Sainte-Adresse, au nord et l’ancien port d’Harfleur à l’est. Elle compte 236 000 habitants.

Le port s’étend sur 30 km d’ouest en est, autour d’un chenal maritime capable de laisser passer gros cargos et porte-conteneurs. S’ajoute à ces infrastructures, le port pétrolier du Havre-Antifer, en Pays de Caux. Par ailleurs le site a été modernisé le long de l’estuaire par Port 2000.

François Ier fonde Le Havre de Grâce en 1517

Le Havre en 1530

Au Moyen Age, Harfleur était le  port le plus en aval sur la Seine. Mais son envasement conduisit  François Ier à créer un port de toutes pièces en 1517. L’emplacement choisi est marécageux, mais l’étale de la marée haute s’y prolonge plus de 2 heures, phénomène capital pour l’avenir.

A l’origine, Le Havre est un port de guerre destiné à sécuriser l’entrée de l’estuaire face aux Anglais. Le port de commerce prend ensuite son essor, en cette époque de la Renaissance, qui va de pair avec les grandes découvertes de l’autre côté de « la mer océane ».

De nombreuses expéditions partent du nouveau port : celles de Jean Verrazano vers l’Amérique en 1524, où il découvre la baie de New York (un pont porte son nom), celle de Samuel Champlain vers le Canada en 1604.  Ici arrivent les produits coloniaux importés du Nouveau Monde : bois, café, tabac, coton, et la morue de terre Neuve.

Les premiers bassins : l’anse Notre-Dame et le bassin du Roy donnent la mesure des criques originelles.

Une 1ère ville prend naissance entre les actuels : avenue Foch, rue de Paris, quai François Ier.

Un 2 ème quartier, ordonné par François Ier à l’ingénieur siennois Girolamo  Bellarmato est conçu avec un plan à damier. Puis une enceinte vint protéger le tout. Rapidement des faubourgs s’étalent hors les murs, qui ne furent détruits qu’au XIX ème.

En 1787 l’ingénieur François Laurent Lamandé établit un plan d’agrandissement de la ville qui double sa surface intra-muros en repoussant les fortifications de 500 m plus au nord.

Le bassin du Commerce, construit au cœur de la nouvelle ville est mis en service en 1820. Il  témoigne de l’augmentation du trafic. L’arrivée des bateaux à vapeur, de plus gros tonnages et qui ne peuvent remonter jusqu’à Rouen, donne définitivement la première place au Havre, qui peut creuser des bassins plus grands et qui voit arriver en 1849 la liaison ferroviaire avec Paris.

Le Havre s’affirme alors comme « port de vitesse » et se spécialise dans l’importation de marchandises chères et non pondéreuses. Entreposées dans le port, elles font l’objet d’achats et de ventes à terme (bourse du coton, bourse du café) et sont redistribuées par chemin de fer.

► La grande épopée des transatlantiques français et l’âge d’or havrais du XIX ème

Dès les années 1830, les Anglais ouvrent les premières lignes régulières transatlantiques, reliant Liverpool et Boston. Napoléon III décide d’emboîter le pas aux Anglais.

En 1864, la CGT (Compagnie Générale Transatlantique) met en ligne le paquebot à vapeur Washington, qui relie Le Havre à New York. Une autre ligne relie Saint-Nazaire à Panama.

C’est aussi l’époque, ne l’oublions pas, où les paquebots de la CGT embarquent des émigrants venus de toute l’Europe, pour rejoindre New York, au rythme de 50 000 par an. Il y avait un continent presque vide, que 50 millions d’Européens occupèrent.

La CGT appartient aux frères Pereire, hommes d’affaires très impliqués dans les transports et également fondateurs des actuels Chantiers de l’Atlantique à Saint-Nazaire

Le port va s’étendre en parallèle : les remparts sont démolis en 1852 ; de nouveaux bassins sont creusés vers l’est, toujours plus grands, bordés de hangars, de docks et d’entrepôts.

La population passe de 15 000 habitants en 1800 à 150 000 en 1914. On construit un Hôtel de Ville de style néo-Renaissance, au cœur des nouveaux quartiers, sur le boulevard impérial qui relie la gare à la mer.  Deux expositions maritimes internationales sont accueillies en 1868 et 1887.  Sainte-Adresse est, dès cette époque, une station balnéaire très prisée des Parisiens, avant d’être détrônée par Deauville et Trouville. Même si aujourd’hui Le Havre reste un port d’escale pour les paquebots, il a tourné la page des transatlantiques. En 1974, la ligne Le Havre – New York est arrêtée. Le France, dernier paquebot mythique, inauguré en 1962, avait fini sa carrière. Il fut abandonné sur « le Quai de l’oubli », avant être vendu.

► Un port de commerce devenu ZIP au XIX ème et début du XX ème siècle

Les agrandissements se poursuivent jusqu’au début du XXIème.

Le port reste le moteur de l’économie locale. Il associe au négoce des marchandises, des industries liées à la transformation des produits importés.

Détruit à 90% lors de la 2GM, le port, lors de la reconstruction, est doté d’une vaste ZIP. De Paris à la « porte océane » surgissent des industries lourdes qui complètent le tissu industriel ancien, alliant textiles et chimie. Aciéries, chantiers navals, pétroléochimie avec Total, constructions automobiles avec Renault, etc. Elles s’implantent autour de bassins toujours plus grands, aménagés entre le canal de Tancarville et le Grand canal maritime puis le long de l’estuaire. Le Havre devient une ville industrielle et ouvrière.

L’écrivain Benoît Duteurtre la décrit : « Derrière la centrale (EDF) commençait le paysage que je préférais. En prolongement du port, j’apercevais les prairies de l’estuaire transformées en terre de feu : une immense zone industrielle avec ses raffineries, ses unités pétrochimiques, ses firmes automobiles, ses fabriques de plastiques, de titane et autres matières premières de la production mondiale étalées sur la campagne fertile. Les usines ressemblaient à des laboratoires déments. Des tuyaux multicolores, enroulés sur eux-mêmes comme des paquets de boyaux, plongeaient dans des alambics avant de remonter vers les cheminées qui jetaient des flammes grasses et une fumée noire ».

Centrale thermique EDF  –  Cliché Maryse Verfaillie

Les deux tours, hautes de 240 mètres s’imposent au regard. Lors de leur construction, elles étaient les plus hautes d’Europe.   Il semblerait que le gouvernement actuel ait pris la décision de fermer toutes les centrales à charbon d’ici 2020… qui vivra verra !

Mais après les Trente Glorieuses, comme partout en Europe, ces activités déclinent, concurrencées par celles des pays émergents. Les friches industrielles se multiplient, spectacle de désolation. Ouvriers et dockers connaissent un chômage aigu. Comme tant d’autres villes, Le Havre perd de nombreux habitants.

La ville-centre voit sa population diminuer de 5% /an jusqu’en 2015. Selon un schéma classique, la population migre vers « une première couronne » jusqu’en 2009, puis vers une « seconde couronne » à partir de 2009. La CODAH (Communauté de l’agglomération havraise, de 17 communes) créée en 2000 compte à présent 236 000 habitants. Elle ne perd plus d’habitants.

► L’avenir incertain de Port 2000

Terminal Porte Océane  –  Cliché de Maryse Verfaillie

Il est d’abord le port de Paris et du Grand Ouest français et capte 60% du trafic national de conteneurs. La volonté d’améliorer son attractivité et d’offrir une alternative crédible aux concurrents rhénans menacés de saturation a conduit au lancement, à la fin des années 1990, du Projet Port 2000, C’est un port en eau profonde (plus de 15 m) dédié aux conteneurs et aménagé sur des terrains gagnés sur l’estuaire, au sud des bassins existants. Inauguré en 2016, ce terminal multimodal est gigantesque : 60 ha de « gares », 2 postes à quai pour les barges fluviales, une cour ferroviaire, 4 portiques et une zone de stockage. Il traite, en 2017, 70 000 conteneurs…. Mais il devrait en traiter 80 000 pour être rentable !

Autrefois « port autonome », Le Havre a changé de statut en 2008, en devenant avec six autres ports, un GPM (grand port maritime) dont la gestion est confiée aux collectivités locales.

Par ailleurs, si le projet de canal à grand gabarit reliant la Seine à l’Oise se réalise un jour, cette infrastructure de 107 km de long pourrait devenir « une autoroute à conteneurs » entre Paris et Anvers et priverait Le Havre de son hinterland. L’axe de la Seine deviendrait réellement périphérique dans l’espace européen.

– l’essor des escales touristiques : en 2016 on compte 125 escales pour environ 280 000 passagers, attirés par un riche patrimoine, classé par l’UNESCO.

– et, avec le projet du Grand Paris, d’autres enjeux se dessinent : « Paris-Rouen-Le Havre, une seule ville dont la Seine est la grande rue », disant déjà Jules Michelet (1798-1874) dans son ouvrage sur l’histoire de France ! Une ligne LGV, devrait à l’horizon 2030, mettre Le Havre à 1h 12 de Paris, depuis la gare Saint-Lazare. Ah ben dé…. comme on dit en Havrais…

Le Havre en rouge et bleu

Le Havre en 1945, après les bombardements Alliés.

« C’est une ville de caractère où les contrastes sociaux sont forts, le sentiment d’appartenance à une classe sociale profond » juge Pierre Thorez, fils de Maurice, venu d’Ivry en 1972, pour enseigner la géographie et jamais reparti.

Edouard Philippe a poursuivi les chantiers de la municipalité précédente (réaménagement du littoral, Port 2000, Université) et a lancé de nouveaux projets : stade Océane, tramway, rénovation de la bibliothèque Oscar Niemeyer, festival de littérature « Le goût des autres » Le point de basculement est le classement au patrimoine mondial de l’UNESCO le 15 juillet 2005.

Le centre d’Auguste Perret, jadis décrié est aujourd’hui très prisé.

En revanche, Sainte-Adresse, le petit Nice havrais est depuis deux siècles « the place to be ». Idem pour la grande artère qui va de la gare jusqu’à la mer : l’avenue Foch retient toujours l’attention des populations aisées.

Les quartiers pauvres sont ceux qui cernent les friches industrielles, mais après leur réhabilitation, ils deviennent très recherchés, comme Saint-Nicolas, autour des bassins des Docks.  Dans la ville basse, l’accent populaire insiste sur les « oh dé » ou les « c’est rien bien ».

Mais tous les Havrais se retrouvent pour chanter la chanson de Michel Sardou « Ne m’appelez plus jamais France, la France elle m’a laissé tomber / Ne m’appelez plus jamais France, c’est ma dernière volonté.

La fierté havraise est revenue, même si les mobilisations « des rouges » restent vives. Mobilisation en 2016 contre la loi travail avec blocage du port. Arrivée en tête de Jean Luc Mélenchon aux présidentielles avec 30 % des votes alors que E. Macron n’en avait que 21 % et Marine le Pen 20 %. N’oublions pas que le taux de chômage, est supérieur à 12% et que le salaire médian reste la plus faible de toutes les villes françaises > 100 000 habitants.

  Les mutations du XXI ème : culture et patrimoine au service de la ville

     Une reconversion s’est engagée, avec priorité donnée aux activités tertiaires. La ville essaie de se positionner comme porte d’entrée de Paris pour les croisiéristes et comme destination de week-end pour les Parisiens. A l’été 2017, pour les 500 ans de la ville, le port a été largement célébré. Cet investissement fort dans la culture, nous dit Mathilde Costil (Le Monde) a été voulu par Edouard Philippe, qui croyait « dans ce truc de gauchiste ». Cela lui permettait aussi de siphonner les voix de gauche. D’ailleurs pour la programmation d’Un Eté au Havre, il a fait appel au « monsieur culture de Nantes…un proche de Jean-Marc Ayrault (Jean Blaise).

     Il est bon  aussi de rappeler la vieille rivalité entre Rouen et Le H.avre.  Rouen a dû attendre 1964 pour avoir son Université et Le Havre, vingt ans de plus (1984).  Si Le Havre a rapidement évincé Rouen dans la fonction portuaire, c’est Rouen qui est depuis toujours « la capitale » de la Haute Normandie… aujourd’hui détrônée par Caen, capitale de la nouvelle région Normandie. Et actuellement les rivalités  se maintiennent entre les trois agglomérations.

► Des architectes au service de la ville

L’architecte « magicien du béton armé » a été nommé à la tête de l’Atelier de la reconstruction de la ville après la 2GM. Le béton est un matériau composite déjà largement utilisé par les Romains. Le béton armé, qui contient une armature métallique, est beaucoup plus récent. Il autorise des constructions plus plastiques, plus résistantes et plus audacieuses.

Avant Auguste Perret, François Hennebique (1842-1921) est un promoteur acharné du béton armé et construisit le premier pont de Rome en béton armé entre 1908 et 1911. Beaucoup plus tard, il fit construire sa maison familiale, à Bourg-La-Reine avec une audace extrême. (Voir le lien du CR des Cafés géo en dernière page).

Le Corbusier fit un choix identique, avec l’unité d’habitation de Marseille entre 1947 et 1954. Longtemps appelée la maison du fada, elle est actuellement très recherchée (voir lien CR du voyage à Marseille, des Cafés géo)

Auguste Perret, avec une double vocation d’architecte et d’entrepreneur, exerce son activité en poursuivant à la fois des idéaux d’harmonie classique et une réflexion sur l’économie de la construction, en adoptant à son tour le béton armé.

Il conçoit un plan triangulaire délimité par les trois axes historiques de la ville, eux-mêmes construits sur les ruines des anciennes murailles, et vaste de 133 ha :

– l’avenue Foch, est-ouest, marque la limite nord du triangle. Elle est très large et est encadrée par l’Hôtel de Ville à l’est et par la Porte océane à l’ouest.

– la diagonale NO/SE s’inscrit sur le Bd François Ier, elle est dominée par l’église St Joseph

– le 3è côté correspond à la rue de Paris, ancienne rue commerçante majeure, qui relie le port à l’Hôtel de Ville. C’est dans un hôtel de cette rue que Les Cafés géographiques ont élu domicile.

Le triangle Perret a conservé le plan en damier décidé par François Ier. Il a aussi expérimenté un grand nombre de méthodes de préfabrication et de standardisation, rendues possible grâce à la modularité des ossatures en béton armé, « matériau plus noble que la pierre » affirme notre cher Auguste ! Il va, dans la continuité historique, inscrire une page d’architecture contemporaine. Il est dans la formule à la mode du « en même temps ».

Mais il a fallu attendre 2005 et le classement au patrimoine de l’UNESCO comme point de basculement pour que les Havrais soient fiers de leur ville, dont les marqueurs sont les tours océanes, celles de Saint-Joseph et la tour de l’Hôtel de Ville.

Habiter dans un immeuble ISAI (Immeuble sans affectation individuelle.

La doctrine du droit au calme, à l’air, au soleil et à l’espace, est appliquée à grande échelle par Auguste Perret.

12 000 logements seront édifiés sur ces principes, répartis en îlots de barres et de tours et disposant d’un confort moderne : chauffage collectif, vide-ordures, isolation thermique et phonique. L’intérieur des logements est lumineux et l’espace optimisé.

Signe qui ne trompe pas, les logements Perret, créés à l’origine pour les classes moyennes, sont aujourd’hui recherchés par des Havrais plus fortunés !

Au total, 84 architectes furent chargés de réaliser les îlots et la reconstruction a duré 20 ans. Ils ont l’air tous semblables, mais à bien y regarder, l’aspect du béton (teinté, bouchardé, banché ou peint), le traitement des façades (colonnes, pilastres, encadrement des baies vitrées, balcons, loggias) et les matériaux secondaires, sont tous différents.

L’église Saint-Joseph, dédiée aux victimes des bombardements alliés (voir cliché sur la page précédente) est, avec le beffroi de l’hôtel de ville (ci-dessous), le principal repère que Perret voulu inscrire dans le paysage urbain du nouveau Havre. Que ce soit pour la gloire de Dieu ou pour la beauté de l’art (et pourquoi pas les deux), il faut y entrer pour admirer l’élancement majestueux de sa tour-lanterne centrée au-dessus du transept. D’une grande hardiesse, elle   permet à la lumière de pénétrer grâce à un système d’ouvertures qui se substituent aux murs. Les vitraux sont de Marguerite Huré.

Cet édifice exceptionnel a un faux air de gratte-ciel new-yorkais et offre une sorte de skyline à la ville. Le clocher haut de 106 m, est visible de la mer jusqu’à 60 km de distance.

Hôtel de ville – Cliché de Maryse Verfaillie

L’ Hôtel de ville, pendant civil au signal urbain religieux qu’est l’église St Joseph, est une composition monumentale associant une horizontale et une verticale. Au pied d’un beffroi de 17 étages et de 74 m de hauteur, le bâtiment horizontal a une longueur de 92 m. Sa façade est tout à la fois classique  et moderne et s’ouvre sur une place gigantesque.

Les Portes océanes, véritable lieux d’entrée et de sortie de la ville, assurent une transition monumentale entre paysage urbain et paysage marin : elles comptent deux bâtiments qui sont comme des bornes géantes qui gardent la cité.

Enfin la rue de Paris a été conçue comme une réplique de la rue de Rivoli à Paris : le strict alignement des façades des immeubles et la présence des arcades, appréciées des Havrais par temps de pluie, assure à cette rue la pérennité de sa fonction commerçante.

Vaste esplanade scindant la rue de Paris en deux, la place Gambetta est en majeure partie occupée par le Volcan, dessiné par Oscar Niemeyer, le sublime architecte de Brasilia. Deux architectes géants se confrontent ici. Aux lignes orthogonales et majestueuses de Perret, Oscar répond par des lignes fluides et inventives. Les deux cônes blancs évoquent les cheminées d’un paquebot transatlantique enterré et casse la géométrie des îlots environnants. (Regarder la photo de la page de couverture puis celle du Bassin du commerce la nuit, ci-après).

Achevé en 1982, l’espace fut d’abord Maison de la culture, puis Scène nationale. Voué au théâtre, à la musique et au spectacle, il accueille désormais  une médiathèque.

L’accès au Volcan a été modifié. Situé en contrebas de la dalle Perret, il s’effectue par une grande volée de marches, un jeu de rampes et d’ascenseurs. Ceux qui jugent sa présence incongrue, face au bassin du Commerce, l’appellent le « pot de yaourt ».

Le petit Volcan, rénové en 2015 abrite la médiathèque. Elle reste ouverte le dimanche et a accueilli en 2016 plus de 560 000 visiteurs.

Au nord du Volcan, une grande main en bronze, la main d’Oscar, jaillit du mur de béton blanc.

 ►Des architectes au service des opérations de reconversion des bassins et des entrepôts

Ce quartier, de briques rouges et toits d’ardoise, (visible au premier plan de la photo de couverture) entoure les bassins du Roy et de la Barre. C’est comme une île dans la ville, il conserve les rares traces du passé et abrite un petit port de pêcheurs. Il date de François Ier et fut un quartier de navigateurs puis de Bretons venus travailler dans les industries textiles. Aujourd’hui, bien que bordé par la halle aux poissons et la maison-musée de l’Armateur, c’est un quartier paisible de crêperies, de restaurants et de bars.

Jeux d’eau sur le bassin du Commerce  – Cliché de Maryse Verfaillie

Il enchante le cœur de ville, de jour et de nuit. On peut y admirer les jets d’eau et la passerelle  réalisée en 1969 par Guillaume Gillet. Elle débouche sur le Palais de la Bourse acquis par le groupe Partouche en 2006 et transformé en Casino par Othello Zavaroni.

Bassin du Commerce, volcans de Niemeyer, tour de Saint-Joseph. Cliché de Maryse Verfaillie

 En 1815, le port du Havre était le premier port de marchandises exotiques, notamment le café, le coton, les épices ou encore le cacao. Il fallait plus de bassins et de quais pour amener la marchandise et la décharger, mais aussi un lieu pour pouvoir la stocker et la protéger des vols et des intempéries.

On s’est inspiré du dock Sainte Catherine à Londres et on a gardé le mot dock qui signifie « bassin » mais aussi tout ce qui l’entoure. Les Docks du Havre sont les plus vieux de France, creusés à partir de 1837. En 1937, Le Havre gérait 80 % des importations de café de France et cette fonction a duré jusqu’en 1997. L’apparition des conteneurs a mis un point final au besoin de stockage.

Les quartiers Saint-Nicolas et de l’Eure étaient habités par des ouvriers et des dockers. Devenus friches industrielles, donc terrains disponibles à bas coût, la ville en devint propriétaire en 2001, puis confia la réhabilitation au cabinet Reichen et Robert.

Les Docks dans leur état initial

Le bâti rénové et l’espace public « ré enchanté » – Cliché de Maryse Verfaillie

Les Docks : transformation de l’intérieur en galerie commerçante – Cliché de Maryse Verfaillie

Les Docks Vauban (1846) sont devenus un centre commercial en 2009. Le choix a été fait de conserver la structure initiale : bois, brique, métal et verre et éclairage zénithal. Les commerces cohabitent avec les restaurants.

Le Dock Café est devenu le Bain des Docks, complexe aquatique dû à Jean Nouvel, et inauguré en 2010. Posée sur le quai Paul Vatine, vue de l’extérieur, la piscine est un austère parallélépipède gris anthracite.

Les Bains des Docks : extérieur et intérieur – Clichés de M. Verfaillie

A l’intérieur, c’est un cocon cubiste d’une merveilleuse blancheur, protégé de l’extérieur par de hautes parois. Tout est recouvert de petits carreaux de faïence. Seul l’endroit réservé aux enfants est multicolore.

Le Pont des Docks  –  Cliché de Maryse Verfaillie

Une agréable promenade est aménagée au-delà du bassin Paul Vatine, traversé par l’étonnant pont des Docks, aux arceaux entremêlés. A l’arrière, on note la présence du bâtiment de l’université et du campus Sciences-Po Le Havre, dans un immeuble créé par Gravière & Martin. D’autres institutions ont rejoint les lieux :l’ISEL (Institut Supérieur d’Etudes Logistiques), l’ENSM (Ecole Nationale Supérieure de la Marine), réalisée par Laurent Pérusat AIA associés, la CCI Seine Estuaire due à René Dottelonde. Le Novotel est signé par Jean Paul Viguier Ce nouveau lieu de vie est devenu très attractif et il n’est situé qu’à ¼ d’heure de la gare. Environ 2 000 logements y ont été édifiés et les prix, initialement bas, ont flambé.

   Un front de mer digne d’une cité balnéaire

Sainte- Adresse, alignement de villas avec « vue imprenable sur la mer ».

Perchée sur la falaise, Sainte-Adresse, domine l’estuaire de la Seine. Il faut de bons mollets pour la parcourir car la pente est rude. Elle culmine au Cap de la Hève, à plus de 110 m d’altitude. La mer, théâtre d’un spectacle permanent, s’étale jusqu’à se confondre avec un ciel tumultueux. Au loin, des bateaux, partis pour de lointains horizons, puis la plage, faite de sable à marée basse et de galets à marée haute.

Vue du haut de la falaise  –  Cliché de Maryse Verfaillie

La vue, le site, la lumière ont enchanté tous les spectateurs. Par grand vent la mer se déchaîne tandis que les supertankers, imperturbables, maintiennent paisiblement le cap en direction du Havre.

Les épis (sur la photo) sont des ouvrages implantés perpendiculairement à la mer pour retenir les galets dérivant du Cap de la Hève vers le port du Havre. Ils permettent aussi, en limitant l’impact des assauts de la mer, de laisser s’engraisser la plage de sable, atout essentiel du front de mer. N’oublions pas que toute falaise est destinée à reculer après s’être érodée et que tout rentrant, en conséquence, a vocation à être comblé. Dans la nature, rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme !

Village de pêcheurs, lieu de rendez-vous des écrivains et des peintres attirés par le site et la lumière, la commune fut un lieu de villégiature, bien avant de devenir la banlieue « chic » du Havre.

► Sainte- Adresse, improbable capitale belge pendant la 1GM

Le Nice Havrais (1911)  –  Cliché de Maryse Verfaillie

Pendant la 1GM, et dans l’impossibilité de demeurer sur son propre sol, le gouvernement belge a accosté au Havre. Il fut installé dans l’immeuble le « Nice Havrais » réalisé pour l’homme d’affaires Georges Dufayel. D’autres villas, détruites dès 1940 par les bombardements allemands, furent aussi mises à la disposition des ministères belges : Villa Hollandais, Villa Louis XIII, etc.

► Sainte-Adresse, une succession de villas

De riches villas, immortalisées par Monet, poussent sur le front de mer. Dufayel, le richissime promoteur cité ci-dessus, les fit ériger pour rivaliser avec Deauville.

Ainsi, des rangées de villas descendent vers la plage et sont reliées par des escaliers. Sarah Bernhard s’y fit construire la sienne et y vécut de 1880 à 1883.

 Le succès ininterrompu de ce lieu pour la villégiature estivale des riches puis pour les habitants les plus aisés du Havre aujourd’hui explique la variété des styles des maisons qui vont du néo-normand au contemporain.

Claude Monet, Terrasse à Sainte-Adresse, 1867

► La plage, une belle courbe de 2 km de long

Claude Monet

La plage du Havre fut une pionnière des bains de mer, sous l’influence des Anglais, dès 1815.

Trait d’union entre la ville et la mer, de la pointe de la Hève jusqu’à la digue nord, elle est aujourd’hui le lieu de vie des Havrais, par n’importe quel temps. Le géographe Armand Frémont a écrit : « la plage du Havre n’est pas factice mais vivante, elle ne séduit pas pour séduire ». Depuis son aménagement par l’architecte-paysagiste Alexandre Chemetov, en 1994, la plage a confirmé sa place de lieu de vie préféré des Havrais, un concentré d’art de vivre populaire et balnéaire.

L’estacade – Cliché de Maryse Verfaillie

Elle rythme le boulevard maritime depuis 1902. Construite en bois, elle s’avance sur les flots, au-dessus des galets et forme un promontoire recherché par les peintres puis les photographes. Elle fut peinte par Monet, Marquet, Dufy.

Les cabanes havraises –  Cliché de Maryse Verfaillie

Quelque sept cents cabanes, c’est ainsi que l’on appelle les cabines, occupent la plage. Peintes en bois blanc, avec des toits de bitume, elles sont posées sur les galets et alignées perpendiculairement à la mer. Les occupants ne sont que locataires, mais ils se les transmettent de père en fils. Ici on boit l’apéro avec les voisins, et on guette le moindre rayon de soleil, propice à la baignade. Elles ne sont colorées, par Karel Martens, que depuis 2017, année des 500 ans de la ville.

►       Le port de plaisance

Il a été créé en 1934, à l’abri de la grande digue nord. Il peut aujourd’hui accueillir 1200 voiliers. Sur le boulevard maritime, s’alignent des villas, des hôtels, des restaurants, des immeubles avec « vue imprenable sur la mer ».

Voiliers sur ciel gris – Cliché de Maryse Verfaillie

Les propriétaires de bateaux se retrouvent au 1er étage des Régates (bâtiment du club de voile) pour déjeuner. L’adresse est un peu cachée, juste ce qu’il faut. La vue sur la jetée est merveilleuse. Les Cafés géographiques y dîneront !

Le Havre, et ce ne sera pas une surprise, est fan de sports nautiques : elle organise la Transat Jacques Vabre, la Solitaire du Figaro, le Tour de France à la voile, etc.

► Le Havre et le MuMa d’André Malraux

Le MuMa et le Signal, sculpture en béton armé d’Henri-Georges Adam

Les bombardements avaient eu raison de l’ancien musée des Beaux-Arts (angle rue de Paris /quai de Southampton. Le nouveau musée, inauguré par André Malraux en 1961, est une Maison de la Culture, la 1ère de France. « Un jour on dira que c’est ici que tout a commencé » a prophétisé le ministre de la Culture ! Conçu par Guy Lagneau et Raymond Audigier (associés à Jean Prouvé), ce paquebot arrimé face au port, est un cube de verre, hommage à la lumière du Havre, argentée par la proximité de l’estuaire.

L’intérieur du MuMa – Cliché de Maryse Verfaillie

Voulu comme un phare culturel, ce musée tout en transparence est un lieu pluridisciplinaire qui abrite une exceptionnelle collection impressionniste et moderne, le fonds de l’atelier du peintre Eugène Boudin et la collection Senn-Foulds (famille de négociants havrais, amateurs d’art). Il organise aussi des expositions temporaires. Nous aurons le loisir de visiter l’exposition «  Né (es) de l’écume et des rêves » consacrée à Redon, Rodin…..

Enfin se dresse l’impressionnante tour de la capitainerie, vigie du front de mer qui gère plus de 15 000 mouvements par an. Elevé en 1973, cet élégant sémaphore d’Henri Loisel, se dresse sur les ruines de la tour François Ier, première citadelle du Havre.

► Le Havre,  promenade littéraire

N’en déplaise aux idées reçues, cette ville a toujours plu aux artistes, aux écrivains, aux cinéastes. De Zola à Balzac, de Simone de Beauvoir à Sartre, de Marcel Carné (Quai des brumes) à Jean Renoir (La Bête humaine), voire plus récemment à Maylis de Kerangal avec son roman « Réparer les vivants », tous, ont succombé à la poésie urbaine et maritime du Havre.

Impression soleil levant, 1872, Claude Monet

Mais le port fut d’abord l’ancrage des peintres et le berceau de l’impressionnisme, puis du fauvisme : Boudin, Monet, Braque, Marquet, Dufy… tous ont immortalisé la mer et le ciel du Havre.

Zola voyait en Boudin « un peintre ayant le sens des horizons humides, de l’eau et des tâches vibrantes que fait une toilette de femme sur ciel gris ».

Destructions, reconstructions, autant de renaissances pour Le Havre, ville phare de la modernité, qui a retrouvé sa fierté, même si les difficultés et les incertitudes subsistent. Maylis de Kerangal, qui y a grandi le dit : «  C’est une ville dont la beauté se discute, mais qui ne ressemble à aucune autre… Le Havre me rappelle toujours qu’une ville, c’est d’abord une géographie : un ciel -large et mobile et agité-, un climat -le vent, la bruine-, une lumière -variable, transitoire, tous les gris possibles, et le doré-, un relief -rivage et horizon,- cap de la Hève, estuaire et fleuve-, et enfin une « matière de ville » le béton…. Se joue ici un certain rapport au passé et à la mémoire, à ce qui a sédimenté dans l’espace, à ce qui a disparu dans le temps ».

Maryse Verfaillie, septembre 2018

Remerciements

Pierre Stragiotti nous a transmis avec beaucoup d’humour et d’émotion sa passion pour la ville du Havre, où il a longtemps vécu. Il nous a aussi fait bénéficier de deux interventions  menées par des responsables portuaires.

Thierry Gazengel, pilote du port depuis 15 ans, nous a confirmé l’embellie du trafic passé à 72 Mt en 2017 (soit 10 % de plus qu’en 2016). Si le port est largement distancé par ses concurrents, il garde des atouts : de grandes réserves foncières et une excellente accessibilité.

D’ailleurs, le jeudi 8 septembre on a inauguré au Havre le Saint-Exupéry, le plus grand porte-conteneurs battant pavillon français. Il peut transporter 20 600 conteneurs et fonctionne avec un équipage de seulement 26 personnes.

Les handicaps sont connus aussi : relations polluées entre routiers et manutentionnaires, rupture de charge entre le port historique et Port 2000, autofinancement de plus en plus difficile.

Julien Lebas, directeur du port de plaisance, nous a précisé que Le Havre offrait 1 200 places à flot sur le port principal et 200 places nouvelles à Port Vauban, avec des prestations de très grande qualité, dont la connexion aux nouvelles technologies (wifi, fibre optique, vidéo-protection). Tandis que le port de plaisance développe des offres touristiques devenues indispensables dans un environnement de plus en plus concurrentiel, le GPMH accueille un nombre sans cesse croissant de grands paquebots de croisière.

Bibliographie

Un Grand Week-end au Havre, Hachette, 2017

Le Havre, un art de vivre, Pierre Dottelonde, Le cherche midi, 2007.

La mémoire d’un port, Le Havre, Arléa, 1997.

Le goût du Havre, Sandrine Phillipetti, 2011.

Liens Cafés géo : http://cafe-geo.net/marseille-plus-belle-la-ville/