- Les Cafés Géo - http://cafe-geo.net -

Quelques dessins de Jean-Pierre Allix, peintre et géographe (1927-2013)

Dessin du géographe n°73

Jean-Pierre Allix enseignait la géographie dans des classes préparatoires parisiennes. A ce titre il a publié deux ouvrages qui sont des essais: « L’espace humain. Une invitation à la géographie» (Le Seuil 1996) et « l’Europe, cette belle inconnue » (Ed. Michalon 1999).

Jean-Pierre Allix était aussi (et peut-être surtout) un peintre. On recommande sur ce thème son livre-testament, publié à titre posthume et préfacé par son fils Stéphane: « L’homme qui croyait peindre des paysages » (Albin Michel 2017).

Cet intérêt pour la peinture était probablement sa vocation première. Elle lui venait de son oncle américain, le peintre Alfred Rigny. Quant à la géographie, l’influence d’André Allix, géographe et frère de son père, qui fut professeur à l’Université de Lyon et recteur, n’y fut pas étrangère. Louis, son père architecte, l’encouragea dans des études qui lui permettraient ensuite d’être à l’abri du besoin, considérant sa vocation artistique comme plus aléatoire.

Jean-Pierre Allix passa beaucoup de temps dans son atelier adjacent à sa maison de Larchant près de Nemours, surtout à partir de sa retraite, mais ne fit guère connaître ni ses dessins ni ses peintures, y compris dans ses propres livres. C’est dans son atelier de Larchant que nous avons pu les voir grâce à l’obligeance de Claude, sa femme.

Jean-Pierre Allix voyagea beaucoup, vers l’Asie Centrale, son domaine de prédilection, avec une mention particulière pour l’Afghanistan, un Afghanistan d’avant l’invasion soviétique (nous étions en 1956), où l’on pouvait circuler à peu près partout, celui que traverse Nicolas Bouvier quelques années auparavant et qu’il décrit dix ans plus tard dans « L’usage du monde », un maître-livre. Toutefois, il semble que Jean-Pierre Allix  arrêta ensuite de dessiner sur le motif. Le titre de son ouvrage « L’homme qui croyait peindre  des paysages» nous introduit à sa manière de voir.

Les dessins que l’on présente ici proviennent des carnets de voyages vers l’Orient, obligeamment présentés par Claude Allix. On y lit la séduction des paysages de montagnes désertiques, et la découverte d’une civilisation, marquée par les costumes et  les techniques.

Quelques -uns proviennent de ses premiers voyages au début des années 50. Ils semblent réalisés sur le vif et sont d’assez grand format. Ils sont parfois accompagnés d’une légende fournie.

Ils avaient vocation à être repris, faisant office de « notes visuelles », d’où les annotations de couleurs qui les parsèment la plupart du temps. Il est cependant impossible de trouver une correspondance entre dessins et peintures aujourd’hui, sauf cas de rares portraits, réalisés après les premiers voyages.

Ainsi cette toile représentant une femme, qu’on peut mettre en regard des dessins croqués au cours de ses itinéraires à travers les Balkans.

Dessin probablement  repris en atelier. Afghanistan . Après 1967

La facture de ces dessins plus récents  est différente. Sauf quelques -uns, ces dessins ne sont pas référencés. En revanche, ils sont accompagnés d’une légende intéressante. Ici : « Ce vieil Hazara a arrimé tant bien que mal sur son bœuf la lourde charge que constitue sa yourte démontée avec les grands arceaux de bois qui servent à la maintenir ».

Le dessin ci-dessous où l’on voit des bergers rassembler les troupeaux nous introduit à la différence entre le molosse (notre  « Patou »), utilisé par les bergers pour lutter contre les loups et ours,  et le chien de conduite de nos élevages, là où ces ennemis redoutables ont disparu. De ce point de vue la légende dactylographiée sous le dessin est fort intéressante : « Des chiens accompagnent le troupeau et ils sont féroces, mais il ne viendrait à l’idée de personne qu’ils puissent faire manœuvrer les bêtes. Molosses aux dents redoutables, leur rôle est défensif. En l’absence de tout danger, ils se choisissent un coin à l’ombre, tandis que les bergers courent autour du troupeau, hurlent, s’agitent comme des possédés, faisant eux-mêmes, très exactement, ce que les chiens font chez nous »

Cette légende est une magnifique illustration de ce qu’a expliqué Xavier de Planhol dans « Le paysage animal. »(Fayard Ed.), c’est-à-dire les deux types de chiens de berger, selon la présence ou non des loups et ours.

Dans son évolution ultérieure, JP Allix a sciemment séparé l’observation sur le vif de la  peinture à laquelle il s’adonne, dont il revendique l’abstraction. On peut toutefois retrouver,  dans quelques -unes de ses toiles, le souvenir de vues aériennes qui l’avaient fasciné lors de ses voyages vers l’Extrême Orient. On rapproche ici une toile d’un dessin publié dans son essai « L’espace humain », page 168. Il s’agit du dessin d’après une vue aérienne d’une ville disparue au début du 15° siècle, dans le nord Viêt-Nam, après une invasion chinoise. Il précise « Dessin d’après une vue aérienne. La trace blanche de la ville des Hô, inscrite dans les rizières du Viêt-Nam, mesure environ 1300 m de côté ». On a disposé en regard une toile peinte à l’huile où l’on peut oublier l’anecdote, mais où elle demeure bien présente.

Dans les dernières années, JP Allix s’est délibérément éloigné de toute peinture figurative. Son essai « L’homme qui croyait peindre les paysages » en témoigne. Son fils Stéphane explique dans sa préface que « cet écart parfois vertigineux entre la réalité de plus en plus décevante et son monde imaginaire fait de souvenirs, d’évocations littéraires, de voyages spirituels et de rêves constituait la matière même de son œuvre picturale ». Dans cette peinture, la culture géographique est beaucoup plus difficile à déceler.

Michel Sivignon & Stéphane Allix,  23 Juin 2018.