- Les Cafés Géo - https://cafe-geo.net -

A la recherche du village français

Café Géographique de Saint-Brieuc, le 21 novembre 2019                    

 

Brice Gruet, est maître de conférences à l’Université de Paris Est Créteil. Ses thèmes de recherches concernent la géographie historique et culturelle (le patrimoine sous toutes ses formes). Il est l’auteur de nombreux ouvrages, le plus récent « 100 villages à couper de souffle » a été édité chez Larousse en 2019.

 

La définition du village en France a longtemps été, et elle l’est encore très souvent aujourd’hui, une définition statistique : au-delà de 2 000 habitants dans un habitat contigu, on quitte le rural et le village, on parle d’une ville. Or dans les études rurales, quand on adopte une perspective mondiale, ce découpage est arbitraire car le seuil varie selon le pays. Par ailleurs, ce découpage statistique, s’il est commode, est insuffisant pour comprendre à quelles réalités nous renvoient le ou plutôt les villages français. C’est la raison pour laquelle, Brice Gruet adoptera, ce soir, une approche essentiellement culturelle pour traiter le sujet de ce café géographique « A la recherche du village français ».

Le document choisi en ouverture est l’illustration de la Revue La Géographie (N°1573, 2019) consacré au thème « Ruralités françaises ». Il s’agit d’une vue du village de Saint-Cirq-Lapopie (Lot) que l’on retrouve souvent dans les classements des villages les plus beaux de France. Cette photo qui appartient à une banque d’images internationale (Shutterstock) est révélatrice de l’imaginaire collectif qui nous donne à voir un « vrai » village français. Mais le village français recouvre des réalités bien différentes.

1 – La ruralité en question(s)

 

Il est une réalité objective de la France contemporaine, c’est la France dite des 36 000 communes (un peu moins à présent). Ce maillage communal extrêmement dense est le fruit d’une évolution historique très ancienne dont la base sont les paroisses. Ce maillage hérité a un sens pour la population pas tant pour l’héritage religieux que pour l’imaginaire collectif qu’il véhicule. Depuis 2010, l’Etat incite les maires à fusionner leurs territoires au nom de l’efficacité administrative. Les résultats au niveau des habitants sont mitigés car il n’a pas été tenu compte lors de ces fusions des autres dimensions, en particulier la dimension vécue de l’espace, dont parlait Armand Frémont, qui relève du ressenti et de l’imaginaire collectif et qui est absolument fondamentale car présente dans la vie quotidienne.

 

Le village de Favresse (Marne) au début du XXème siècle

 

Brice Gruet poursuit sa démonstration à partir d’une carte postale (parmi les milliers qui datent de l’âge d’or des cartes postales, de 1880 à la Grande Guerre), celle du village de Favresse, au début du XXème siècle. Cette photo met en scène une société villageoise. Même si la photo n’est pas spontanée et peut paraître un peu convenue car elle est le résultat d’un travail de photographie très minutieux, elle n’en est pas moins un instantané de la vie au village au début du XXème siècle. Le village est constitué d’une population extrêmement différenciée, avec les agriculteurs, les artisans, chacun d’entre eux participant par son activité à la vie du village. Cette dimension humaine dans sa diversité n’a pas été prise en considération par les statisticiens, elle a été oubliée par les aménageurs. Ce milieu de vie que constitue le village a perduré jusque dans les années 1950, voire dans les années 1970, à la fin de l’exode rural où l’on pense alors que les campagnes et la paysannerie ont disparu.

 

Cette carte postale serait la photo d’un monde disparu.

La question que l’on peut se poser : a-t-il vraiment disparu ?

La culture paysanne est encore très présente dans la population française, environ 80% a un rapport avec le monde rural (une à deux générations) et elle est encore très vivante notamment à travers le tourisme rural très développé en France. Les touristes, en particulier les touristes étrangers, recherchent la campagne et de beaux paysages. La valeur économique de ce « rêve » est une réalité qui n’appartient pas au passé.

Comment cartographier les espaces ruraux ? C’est à partir de plusieurs référentiels statistiques établis par l’INSEE qu’il est possible de délimiter les catégories spatiales en France. Brice Gruet se propose de montrer que selon les référentiels choisis, les espaces ruraux produits sont très différents les uns des autres. Il engage sa démonstration à partir de deux cartes de la France métropolitaine, celle du zonage en unités urbaines et celle du zonage en aires urbaines.

 

Deux découpages pour les unités urbaines d’après Pierre Pistre et Frédéric Richard

 

Dans la carte du zonage en unités urbaines réalisée en 2010 (le résultat est sensiblement identique en 2016), en termes de surface, le rural est dominant. En revanche, la carte du zonage en aires urbaines qui est beaucoup plus nuancée donne un résultat très différent ; elle délimite huit catégories spatiales : les grands pôles urbains, les couronnes de ces grands pôles, les communes multipolarisées, les pôles moyens, les couronnes des pôles moyens, les petits pôles, les couronnes des petits pôles, les autres communes multipolarisées et, en vert pâle, une catégorie « résiduelle » les communes isolées, hors influence des pôles. Cette dernière catégorie est souvent considérée comme correspondant aux espaces ruraux, même si elle n’a pas été nommée ainsi dans cette carte établie par l’INSEE. Les géographes Pierre Pistre et Frédéric Richard ont remis en cause ce zonage qui incite à déduire une importante contraction des limites de l’espace rural. Or, pour ne citer qu’un exemple, ce zonage en aires urbaines ne tient pas compte des communes rurales qui sont dans les couronnes périurbaines. En fonction des référentiels choisis, on obtient plusieurs représentations d’une même réalité territoriale.

Pour poursuivre sa démonstration, Brice Gruet nous présente deux autres cartes :

 

Les types de campagnes et les densités : entre « diagonale du vide » et distance aux métropoles

 

 

La carte de la typologie des campagnes a été établie en 2011 par la DATAR (remplacée aujourd’hui par le CGET, Commissariat Général pour l’Egalité des Territoires). Elle distingue trois types de campagnes : les campagnes des villes (densifiées ou diffuses en périphérie des villes comme Paris, Rennes ou Toulouse, densifiées du littoral et des vallées comme le Bassin d’Arcachon, le littoral vendéen ou les vallées alpines) ; les campagnes vieillies à très faible densité (à économie présentielle et agricole avec les paysans sur place, en croissance résidentielle qui correspond à ce que l’on appelait la « diagonale du vide », éloignées des services courants). Cette deuxième catégorie pose la question centrale de l’accès aux services courants. Alors que certains pays comme la Finlande ou le Canada qui sont confrontés à de très faibles densités maintiennent une couverture en services au niveau de leur territoire, la France a fait le choix de retirer les services des zones rurales les moins densifiées (fermeture de lignes de chemins de fer). Enfin, le troisième type de campagnes concerne les campagnes agricoles et industrielles (sous influence urbaine plus faible ou hors champ).

La carte de la grille communale de densité permet d’approcher le village en s’attachant aux densités. Elle distingue quatre niveaux de densités : les communes très densément peuplées (les métropoles) qui occupent très peu d’espaces ; les communes de densités intermédiaires, situées autour des grandes villes et sur le littoral méditerranéen ; les deux autres niveaux de densités (communes peu denses et communes très peu denses) permettent de mesurer la réalité du monde rural en termes de superficie et de population. Brice Gruet rappelle les travaux de recherches sur la ruralité de deux géographes, Laurent Rieutort et Monique Poulot : le rural correspond à environ 90% du territoire et à environ 35% de la population. Ce sont les chiffres actualisés du territoire de la France métropolitaine.

Deux autres cartes complètent sa démonstration, celle de la part des plus de 75 ans dans la population par commune établie à partir de chiffres de 2015, ainsi que la carte des taux de logements vacants par commune en 2013 et publiée en 2016. Cette dernière carte donne une « radiographie » de la quantité de bourgs qui sont en grande difficulté (« diagonale du vide », intérieur de la Bretagne et de la Normandie) pour lesquels le tiers voire la moitié des boutiques sont fermées avec beaucoup de bâtiments en vente ou en location qui ne trouvent pas preneurs. Cette situation est à mettre en rapport avec le développement des zones d’activités et une logique immobilière qui consiste à externaliser la construction de zones pavillonnaires en dehors du centre de ces petites villes.

La dernière carte est celle des cadres de vie et territoires de vie d’après le CGET. Réalisée à partir de données fournis par le CGET, elle permet d’établir une typologie des espaces en fonction de la densité, des services et de l’emploi (proximité ou éloignement). Cette carte souligne la concentration des services et de l’emploi dans les espaces périurbains et urbanisés.

Si les cartes ont permis de cerner la ruralité, elles soulignent aussi la difficulté de représenter une réalité territoriale complexe. Or, ce sont ces outils cartographiques dont la réalité territoriale diffère selon les critères retenus que les politiques utilisent pour l’aménagement du territoire.

 

2 – Qu’est-ce qu’un village ?

 

Le village a une résonance très forte chez les Français, il révèle un imaginaire très puissant. Pourquoi ? Il y a d’abord le maillage très ancien, datant du Moyen Age, des toutes petites unités de vie, ces antiques paroisses. Mais il y a quelque chose de plus subtil que Brice Gruet se propose d’explorer et qui renvoie à un certain mode de vie. Lors des enquêtes réalisées sur le mode de vie souhaité, la plupart des Français voudrait vivre « à la campagne » : appétence réelle ou imaginaire, fantasmée ou non, peu importe, ce désir est réel.

Brice Gruet poursuit son propos à partir de l’exemple de Preuilly-sur-Claise, située en Indre-et-Loire, entre Tours et Poitiers et qu’il nous présente à partir d’une carte IGN au 1/25000.

Preuilly est située sur la rive droite d’une rivière, la Claise, entre ses deux pôles historiques principaux, l’abbaye bénédictine et le château féodal, dans une région au relief très modéré (74 m dans le lit de la rivière, 135 m au nord-est). Sa population en habitat groupé qui a beaucoup diminué – elle compte aujourd’hui 1100 habitants – vit dans une région rurale d’agriculture intensive (une photo aérienne permet de voir le parcellaire agricole). La commune de Preuilly-sur-Claise est-elle un village (moins de 2000 habitants) ou une ville (longtemps entourée de remparts et de douves, percées de portes fortifiées, ce qui lui valait la dénomination de « ville ») ?  Le terme de bourg rural serait le plus adapté.

 

Vue de Preuilly avec le pont sur la Claise au premier plan

 

Ce bourg à l’image classique, clocher de l’ancienne abbatiale se détachant au-dessus des habitations, pont sur une rivière, rappelle que Preuilly  a joué un rôle important dans l’histoire, en particulier pendant la Guerre de Cent Ans, par sa position frontalière avec les territoires contrôlés par les Anglais.

 

Une des rues du centre de Preuilly

 

Le bourg est assez bien préservé mais il y a beaucoup de logements vacants et de commerces fermés. L’impression est celle de se trouver dans une archéologie contemporaine – dans un tableau figé depuis plus de trente ans – avec des bâtiments dont l’architecture est remarquable (nombreux hôtels particuliers qui témoignent d’une activité agricole et commerciale florissante au XIXe siècle). Si beaucoup de ces maisons sont abandonnées, elles fondent une identité culturelle de la commune qu’on ne peut pas oblitérer, affirme Brice Gruet.

En revanche, de plus en plus de communes rurales retrouvent une nouvelle forme de dynamisme avec les marchés de plein vent (pour exemple, celui de la commune de Toucy en Puisaye, dans le nord de la Bourgogne) qui bénéficient du développement des circuits courts et maîtrisés pour une population qui recherche une alimentation saine. Mais ces marchés locaux de plein vent sont très souvent sous tension car les grandes enseignes utilisent cette thématique locale comme instrument de marketing pour réinvestir le centre (achat d’épiceries pour les transformer en petites antennes de leur groupe).

 

3 – Le « retour à la terre » en questions

 

Ce retour à la terre devient un enjeu sensible à la fin de l’exode rural dans les années 1970. C’est d’ailleurs à la même période que sur le plateau du Larzac, vidé de ses habitants, les paysans qui restent, voués à l’expropriation de leurs terres, se mobilisent pour lutter contre le projet d’agrandissement du camp militaire. Après dix ans de luttes non violentes soutenues par l’opinion publique, le projet sera finalement annulé.

 

31 – L’imaginaire,  ressort puissant

A partir de quelques exemples, Brice Gruet analyse comment l’imaginaire est un ressort puissant dans ce « retour à la terre ».

 

Couverture de la série en bande dessinée de Jean-Yves Ferri et Menu Larcenet, « le retour à la terre », Dargaud, depuis 2002

 

 

Les auteurs de la BD mettent en scène les déboires d’un jeune couple de citadins qui s’installe à la campagne pour retrouver « une vraie vie ». Ils viennent avec leur culture urbaine ce qui provoque des situations amusantes, des quiproquos et rebondissements en particulier avec la population locale. Avec humour, les auteurs soulignent le décalage entre un désir de retour à la campagne et la réalité, celle d’une identité rurale encore bien vivante et étanche à la culture urbaine.

 

Affiche de propagande de l’État français, 1942

 

 

Le deuxième exemple est celui de l’affiche de propagande de l’État français qui avait placé la paysannerie au cœur de son programme. Le discours anti ouvriériste et anticommuniste s’opposait aux syndicats, aux ouvriers, à l’usine qui, selon Vichy participaient à la dégradation de la culture française. Ce discours ruraliste associé à une démarche réactionnaire peut expliquer, après guerre, la méfiance des hommes politiques envers le monde rural qu’il fallait contrôler, voire rendre minoritaire.

Aujourd’hui, dans le contexte actuel lié à la mondialisation, l’idéologie liée au « retour à la terre » a complètement changé. Les personnes qui s’installent dans des villages abandonnés ou dans des zones rurales éloignées, et ils sont de plus en plus nombreux, ont un positionnement politique souvent d’extrême gauche ou sont en rupture de ban avec la société urbaine pour rechercher un mode de vie jugé plus sain. Ces nouveaux comportements alternatifs se retrouvent dans d’autres cultures. Brice Gruet fait référence à un film américain « The village » (2004) qui met en scène une culture paysanne « traditionnelle », dans un village traditionnel, dans une Amérique elle-même traditionnelle. Rien ne bouge, rien ne change. On est dans une petite communauté qui a peur de tout ce qui vient de l’extérieur. Ce film montre l’imaginaire des Américains sur le village et le monde rural par rapport à la ville, porteuse d’une culture mondialisée dont on est tous plus ou moins imprégné, avec un arrière-plan biblique qui tend à considérer que la campagne est chargée de toutes les vertus et la ville de tous les maux. C’est Gotham City, la ville corrompue, celle de Batman.

Autre exemple, lui aussi très significatif, celui d’une affiche électorale, celle, très connue, du candidat François Mitterrand pour l’élection présidentielle de 1981.

 

Affiche pour l’élection présidentielle de 1981

 

L’arrière-plan de l’affiche réalisée par Jacques Séguéla est un village avec l’église et son clocher bien visible au-dessus de quelques toits. Le nom de ce village importe peu (Sermages dans le Morvan), ce qui est important, c’est ce qu’il représente : la France des villages, la France éternelle (bien que la population rurale continue sa décroissance : 46% en 1946, 42% en 1954, 27% en 1975). Cette affiche de campagne qui a très certainement contribué à l’élection de François Mitterrand en 1981, a joué sur le ressort de l’imaginaire pour placer le candidat comme étant le Président de tous les Français.

Cette culture paysanne, si forte dans l’imaginaire, a-t-elle disparu ? pour Brice Gruet, la question mérite d’être posée.

 

32 – Une nouvelle ruralité

 

Pour poursuivre sa démonstration, notre intervenant prend l’exemple du village de Machault (Seine-et-Marne) situé dans la Brie, au sud de Melun. C’est un village agricole qui avait compté jusqu’à 1200 habitants à la fin du XIXe siècle. Dans les années 1970, il ne comptait plus que 305 habitants ; aujourd’hui sa population dépasse les 800 habitants. Avec l’arrivée d’une nouvelle population, ceux que l’on appelle les néo-ruraux, beaucoup de grosses fermes (type briard) ont été rénovées, transformées et reconverties en lotissements. On peut d’ailleurs observer cette transition dans les usages des bâtiments dans de nombreux villages. Restent les aménagements, témoins du passé, par exemple puits qui ont été comblés, mangeoires inutilisées… La question qui peut se poser : Pourraient-ils être à nouveau fonctionnels avec de nouveaux aménagements, notamment en relation avec le développement durable ? Faut-il les considérer comme des vestiges archéologiques, des fossiles, ou comme des ressources potentielles ? Dans cette volonté de favoriser un développement local et durable, de plus en plus de personnes s’installent dans des villages en ruines et réutilisent, à nouveau, moulins et bergeries. De même les matériaux traditionnels sont réappréciés pour leur durabilité, comme la pierre ou le bois.

 

Machault, une ferme ancienne reconvertie en lotissements

 

Les nouveaux habitants qui s’installent dans des fermes reconverties en lotissements de bonne qualité (à Machault, proximité d’un clocher classé), ne travaillent pas sur place. Le village de Machault est, comme beaucoup, un village-dortoir. Comment peuvent évoluer ces villages où tout a été réhabilité, restauré ? La population a augmenté et a rajeuni (familles avec des enfants) mais en termes de vie collective, tout est à inventer voire à réinventer, d’autant plus que la paysannerie a quasiment disparu. La population vit au milieu des champs mais elle n’a aucun contact avec le monde agricole dont le personnel est si peu nombreux que l’on ne croise jamais personne. La rue principale du village ne possède quasiment plus de commerces, la plupart des habitants font leurs courses au supermarché… en pleine zone de production agricole, ce qui soulève un paradoxe étonnant.

 

Pour conclure

Si certains villages sont devenus, comme Machault, des villages-dortoirs (proximité de Melun, voire Paris, pour l’emploi) d’autres sont des villages fantômes totalement abandonnés ; d’autres encore ont réussi à se préserver et à se développer, notamment grâce à un tissu associatif vivant et une culture locale forte. Brice Gruet souligne le fait que les campagnes sont très diversifiées comme il l’a montré dans un précédent document (carte, typologie des campagne, Datar 2011). Un des enjeux essentiels pour l’avenir des campagnes, est celui de la distance domicile-travail. Le degré de connexion aux grands réseaux de communication virtuels est en mesure de changer complètement la donne ; la possibilité de travailler chez soi ou à proximité dans un environnement préservé, à proximité de sa famille (enfants) est fondamental pour l’avenir des villages et des zones rurales en général.

Cet enjeu est d’autant plus important que l’imaginaire autour du village est toujours très puissant : il est porteur de rêve.

Brice Gruet nous donne à voir un dernier document qui confirme son propos :

 

« The French village you should visit »

 

 

Le village alsacien, très bucolique, avec des maisons à colombages (héritage du passé), une rue principale animée avec des commerces, des cafés et restaurants avec terrasses (convivialité), correspond à l’imaginaire touristique du village français pour les touristes français ou étrangers. Ressource en termes économique (des milliards dégagés par le tourisme en France) et environnemental, le village est porteur d’avenir.

 

Compte rendu Christiane Barcellini

relu par Brice Gruet