- Les Cafés Géo - https://cafe-geo.net -

Les glaciers pyrénéens, miroirs du climat régional

Café géographique à Toulouse – 27.11.2013

Les Glaciers Pyrénéens
miroirs du climat régional
par Pierre René

 Pierre René, glaciologue, a fondé en 2001 l’Association Moraine (http://asso.moraine.free.fr, siège social : mairie de Luchon 31110)  pour étudier l’évolution des glaciers pyrénéens. Il a publié en 2013 « Glaciers des Pyrénées, le réchauffement climatique en images », aux éditions Cairn.

La glace est un indicateur climatique exceptionnel car elle est hyper sensible aux variations climatiques. Les glaciers pyrénéens reflètent l’évolution climatique du Sud-Ouest de la France : si le recul des glaciers est général dans le monde, les disparités régionales sont très importantes et il est particulièrement intéressant d’en faire une observation fine pour avoir un maillage complet des glaciers de la planète

L’Association Moraine

Qu’est-ce qu’un glacier ?

image1

La répartition  des glaciers pyrénéens

image2

 

image3

image4

Types de glaciers pyrénéens

image5

image6 image7

 

image8 image9

Le recul de quelques glaciers

Les photos comparées doivent impérativement être prises du même lieu, avec le même     cadrage et à la même date (en fin d’été quand il n’y a plus de neige fraîche).

image10 image11
image12 image13

image14

La mesure du recul

image15

image16

Paysages post-glaciaires

image17 image18

Perspectives

grand optimum climatique vers 7-8000 av. J.C. : plus chaud qu’aujourd’hui, disparition complète des glaciers.

optimum climatique romain autour de l’an 0 : sans doute légèrement plus chaud qu’aujourd’hui et donc extinction des glaciers.

– optimum climatique médiéval autour de l’an 1000 : conditions similaires à aujourd’hui.

image19

Débat

1. Quelles sont les conséquences du recul glaciaire, notamment pour les ressources en eau ?

Pierre René : les glaciers des Pyrénées ne sont plus aujourd’hui un château d’eau, les ressources ne sont guère menacées tant les glaciers sont réduits, et l’eau de la Garonne en provient de façon négligeable. Il y a bien d’autres réservoirs d’eau en montagne. En termes de biodiversité, les glaciers et leurs alentours forment un milieu particulier qui est affecté par leur recul : ainsi la puce de glaciers est en voie de disparition. Par ailleurs, les itinéraires de montagne doivent changer.

2. Y a-t-il corrélation entre le recul des glaciers et les variations des précipitations, comme il y en a une entre leur recul et le réchauffement climatique ?

P.R. : Pas de glaciers sans précipitations. Mais il n’y a pas de tendance nette concernant les précipitations, à la différence du réchauffement. Les 8 mois de neige varient peu, mais l’été sec est de plus en plus chaud : la température est donc le paramètre principal.

3. Les glaciers fragilisés sont-ils plus dangereux ?

P.R. : Oui, les glaciers s’adaptent aux variations climatiques et connaissent des modifications morphologiques qui créent des risques. Le recul du front de glace met en surplomb la partie amont et provoque des détachements de blocs de glace ou des écroulements en masse, des vidanges de poches d’eau ou de lacs morainiques.

4. Combien faut-il pour que se forme la glace ?

P.R. : La glace se forme par compression mécanique, le tassement des cristaux de neige élimine progressivement l’air et augmente la densité de 0,5 à 0,9 environ. Il faut environ 5 ans, jusqu’à 10 selon les conditions climatiques.

5. La disparition des glaciers n’entraîne-t-elle pas une perte d’identité ? Comment les populations locales se représentent-elles les glaciers ?

P.R. : Il arrive que des gens extérieurs aux Pyrénées ignorent l’existence de ses glaciers, il faut pratiquer cette montagne pour les connaître. Pour les pyrénéens, comme pour les autres montagnards, le glacier est le symbole de la montagne, associé au sommet et au dernier étage montagnard.

6. Qu’allez-vous faire dans 20 ou 30 ans ?

P.R. : Notre association s’appelle « moraine », qui est un dépôt glaciaire…

Compte-rendu établi
par Jean-Marc PINET
et revu par Pierre RENÉ 

Les illustrations de ce compte-rendu proviennent surtout de l’Association Moraine ou du livre de Pierre RENÉ « Les glaciers pyrénéens ». Certaines ont été trouvées sur Internet.