Chargement de la carte…

Date / Heure
Date(s) - 28/02/2014
18:00 - 20:00

Emplacement
La Passerelle

Catégories


Rencontre-débat « Les mises en scène du Monde » animée par Christian Grataloup, Professeur à l’Université Paris VII-Denis-Diderot, le vendredi 28 février 2014, à 18h, à l’espace bar du théâtre « La Passerelle », Place de la Résistance, Saint-Brieuc.

Présentation

cafes_geo_saint_brieuc

Les mises en scène du Monde

Nord et Sud, océans et continents, Orient et Occident, aires culturelles et civilisations… : la géographie propose des grilles de lecture du Monde. Pour classer les lieux, pour mieux mettre en ordre nos savoirs, pour guider nos actions, ces découpages cartographiques sont toujours discutables, souvent fondés sur des logiques oubliées. Elles peinent à saisir les changements géopolitiques et les évolutions économiques et culturelles. Mais elles sont durablement inscrites dans nos esprits par l’action de cinq siècles d’une iconographie, souvent très belle et spectaculaire, dont quelques exemples seront donnés. Elles nous en apprennent plus sur notre passé que sur notre avenir. Mais peut-on voir le Monde sans grilles de lecture ?

Aujourd’hui, sur une Terre mondialisée dont il faut penser l’histoire de façon beaucoup plus multipolaire, la remise en cause de notre vision de la géographie des sociétés ne concerne pas que la cartographie ; ou, plutôt, c’est notre carte mentale du Monde qu’il faut discuter à la fois prospectivement et rétrospectivement. Le planisphère est une image familière. Penser les terres émergées comme des continents, quoi de plus « naturel » ? Cette vision du Monde, ce portrait familier, est aujourd’hui un obstacle à la compréhension de l’espace mondial en transformation rapide.

La discussion ne sera que très partiellement une analyse critique des planisphères et des noms donnés aux parties du Monde. Ce sont les visions réciproques de Soi et des Autres, des images mentales qui peuvent être artistiques ou religieuses, qui seront au cœur d’un panorama géopolitique pour aider à se penser comme citoyen du Monde.

 

Christian Grataloup