Chargement de la carte…

Date / Heure
Date(s) - 23/04/2014
18:30

Emplacement
Bistrot de Julie

Catégories


« Les animaux sauvages, ennemis des hommes ? », débat animé par Farid BENHAMOU (Géographe, ENGREF) le mercredi 23 avril 2014 à 18h30 au Bistrot de Julie (4 Allée Paul Feuga – 31000 TOULOUSE, Métro-Tram-Bus : Palais de Justice).

 » Bêtes sauvages, ennemis des humains ? »

Farid Benhammou, Docteur d’Agro Paris Tech, Professeur de géographie en CPGE à Poitiers, rattaché au Laboratoire Ruralités (Université de Poitiers).

Ours, loup, lynx, requin… mais aussi sangliers, blaireaux, grands cormorans, ces animaux ont pour point commun de ne pas être des sujets d’environnement passif. Certes, ils sont historiquement persécutés, sans doute parce qu’ils causent quelques préjudices aux activités humaines. Faut-il pour autant les réduire à des « ennemis » des humains ? Certaines espèces suscitent des passions dont les plus hautes sphères de l’Etat se font écho ; d’autres ne génèrent que des polémiques locales, non moins virulentes.

Dans une société rapide que l’on voudrait sous contrôle, ces « bêtes sauvages » nous rappellent que la nature n’est pas toujours maîtrisable. La plupart paient un lourd tribut, souvent en lien avec une image et des représentations négatives. Le blaireau est par exemple victime d’une politique d’éradication massive en cours pour des raisons sanitaires.

Pour autant, la question se pose-t-elle de la même manière pour tous ces animaux? Si plusieurs points communs sont avérés (incidences sur des activités humaines, volonté de protection et forte opposition, espèces révélatrices de changements socio-territoriaux), plusieurs spécificités liées à l’écologie des espèces, aux contextes historiques, politiques et territoriaux méritent d’être soulignées afin de mieux cerner les enjeux de la cohabitation avec « ces animaux pas comme les autres ».

Que peut apporter la géographie à l’étude de l’animal en général et à celle de ces animaux en particulier ? Comment ces bêtes questionnent-elles notre occupation du territoire et notre rapport à la nature ? Poser cette question renouvelle de façon pertinente, voire percutante l’approche de ces animaux !

image4 image3 image2 image1