Chargement de la carte…

Date / Heure
Date(s) - 13/01/2015
18:30

Emplacement
Le Saint James

Catégories


Débat « Ukraine, État islamique… etc., une multiplication de conflits non conventionnels ? », avec Béatrice Giblin (Professeur de géographie, Université Paris 8), le 13 Janvier 2015 à 18h30, au Saint-James, place du Vigan à Albi.

Présentation problématique :

Qu’entend-t-on par conflits conventionnels ? Une guerre armée officiellement déclarée à une date précise entre deux ou plusieurs Etats dont les armées professionnelles s’affrontent sur des champs de bataille bien identifiés. Dans ce type de guerre, les armées doivent respecter les règles de la convention de Genève. Tout comme il y a une date pour le début de la guerre, il y a aussi une date pour sa fin.

Avec les conflits non conventionnels il en va tout autrement et le droit de la guerre est systématiquement bafoué.

Cependant, parler de conflits non conventionnels serait-ce une façon d’éviter de parler de guerre ? Car c’est en effet bien de cela qu’il s’agit quant à leurs conséquences sur les populations combattantes ou non et au vu des destructions non seulement d’objectifs militaires mais aussi civils. Les conflits non conventionnels ont souvent un caractère de guerre civile puisque s’y affrontent des armées dont les combattants peuvent avoir la même nationalité. Le terme même de « civile » est d’ailleurs inapproprié non seulement parce que ces conflits n’ont vraiment rien de « civils » mais aussi parce que chacune des armées qui s’affrontent c’est-à-dire l’armée officielle et l’armée ou les armées des rebelles est soutenue financièrement et militairement par des Etats étrangers.

Mais ceci n’a rien de nouveau et les guerres asymétriques existent depuis longtemps.

Serait – ce donc leur multiplication qui serait le caractère novateur et préoccupant de ces conflits conventionnels ? C’est à cette question que nous tenterons de répondre.

cg-albi-etat-islamique

cg-ukraine

(Source des deux cartes : www.liberation.fr)