Un café géo passionnant est programmé mardi 15 novembre 2022 de 19h à 21h au Café de Flore (Paris 6e). Le titre en est Russes et Ukrainiens, les frères inégaux, reprenant exactement le titre du livre de l’historien autrichien Andreas Kappeler publié en Allemagne en 2017 et qui vient d’être traduit en français chez CNRS Editions. L’intervenant de la soirée sera Denis Eckert, géographe, directeur de recherche au CNRS, qui a traduit l’ouvrage. Celui-ci est une géohistoire de la relation entre Ukrainiens et Russes en même temps qu’un modèle de réflexion historique.

 

 
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Russes et Ukrainiens : la métaphore des frères dans deux ouvrages d’histoire récents

La notion de nation interroge depuis longtemps les historiens. La dernière synthèse en langue française, remarquable, est celle de l’historien Pascal Ory qui pose la question Qu’est-ce qu’une nation ? dans son livre-synthèse de 2020. Mais avouons que la réponse à cette question est loin d’être simple. P. Ory analyse parallèlement le cas biélorusse et le cas ukrainien pour conclure ainsi : « l’Ukraine est donc simplement plus avancée que la Biélorussie sur le même chemin : le renforcement de l’identité nationale par la distinction des nationalités environnantes (…) ».

De son côté, l’historien Georges Nivat dénonce le discours de Poutine selon lequel Ukrainiens et Russes ne font qu’un seul peuple et évoque les tragédies de l’histoire d’un pays (l’Ukraine) qui n’abandonna jamais son rêve d’être reconnu comme nation.

Pour le géographe Michel Foucher, l’Ukraine est une nation méconnue (notamment en Occident) qui se bat actuellement pour s’émanciper. Le sentiment national ukrainien est partagé non seulement par la population de la partie ouest du pays, rattachée en 1945, mais aussi par les Russes d’Ukraine, qui représentent à peu près 30% de la population.

Pour Andreas Kappeler, l’unité prétendue naturelle des peuples ukrainien et russe est un mythe, leurs trajectoires diffèrent à partir du XIIIe siècle. Afin de bien comprendre cette évolution, il faut étudier non seulement les processus de distanciation et de construction des identités nationales mais également les cultures mémorielles et usages politiques différenciés de l’histoire.

Le café géo du 15 novembre devrait nous apporter quelques réponses à certaines questions que nous nous posons sur ce qu’est une nation.

 

Daniel Oster, novembre 2022