Le dessin du géographe n° 85. 200e anniversaire de la Révolution grecque du 25 mars 1821. Les aquarelles et dessins du capitaine Peytier

Eugène Peytier cartographe

Eugène Peytier est un polytechnicien de la promotion 1811. Il entre en 1813 dans le Dépôt de la Guerre et de la Géographie au sein duquel figure le Corps des Ingénieurs géographes militaires créé en 1809. Il effectue un premier travail dans les Pyrénées en 1825 où il œuvre à la triangulation destinée à la Carte d’État-Major de la France au 1:80.000 en cours d’exécution depuis 1817.

Il est recruté par Jean Capodistria gouverneur de la Grèce indépendante lors d’une visite de ce dernier à Paris en 1827. Capodistria, formé par son expérience ministérielle en Russie, veut donner à l’État Grec des bases solides. Il confie à Peytier la confection d’une carte topographique précise du Péloponnèse, du plan de plusieurs villes dont Tripoli et Corinthe, ainsi que le relevé des fortifications héritées des Vénitiens et des Turcs. Peytier, accompagné de deux autres officiers cartographes doit aussi former de jeunes officiers grecs au travail cartographique scientifique.
Peytier est rattaché, au sein d’une brigade topographique, à l’expédition scientifique de Morée qui débarque en 1829 après la victoire navale de Navarin, où la flotte franco-anglo-russe détruit la flotte turco-égyptienne.

(suite…)

Syriza, la crise grecque et la géographie

Ainsi donc, la Grèce a vécu le 25 janvier 2015 un dimanche électoral de folie : plus de 800 correspondants de presse du monde entier pour assister à la victoire de la Coordination de la Gauche Radicale, dite en grec Syriza. Attention portée à la Grèce, mais aussi crainte (ou espoir) d’une contagion à l’ensemble de l’Europe.

Les outils classiques du géographe (l’analyse de la différenciation spatiale) sont-ils adaptés et efficaces pour rendre compte de la crise et de la réponse du corps électoral ?

Un « tag » sur un mur à Volos : « Je n’ai pas de rêve , je vis le moment présent »

Un « tag » sur un mur à Volos : « Je n’ai pas de rêve , je vis le moment présent »

(suite…)

Le Café géo sur l’Agora d’Argalasti (Grèce)

Septembre  2001

argalasti

Dans le cadre des cafés géographiques « délocalisés », type de ceux de Saint-Dié, je signale à tous la tenue d’un café géo hors les murs dans la petite bourgade d’Argalasti, dans le Pilion près de Volos, en Thessalie, à l’occasion de l’étude de terrain annuelle de la commission de géographie rurale du CNFG.
Notre collègue Michel Sivignon a animé ce café sur la terrasse du principal établissement, à l’ombre de platanes centenaires, en compagnie du démarque (maire) de la commune, dont notre collègue est citoyen d’honneur en tant que résident secondaire.
Cette commune, très riche au XVIIIème siècle du fait des productions fruitières (olive, figue, pomme, poire, amande, vigne) a connu une émigration précoce vers l’Amérique. Le pays a été libéré dès 1881 de la domination turque.
(suite…)