Vues de différentes parties de la terre d’Anthony van Diemen (la Tasmanie)
Planche 10 Atlas du voyage de Bruny-Dentrecasteaux, C.F. Beautemps-Beaupré
Fonds Bibliothèque Méjanes Aix-en-Provence C 9056

Ce fut un choc esthétique lorsque j’ouvris, dans la section patrimoine de la bibliothèque Méjanes à Aix en Provence, l’atlas de Beautemps-Beaupré publié au retour de l’expédition de Bruny d’Entrecasteaux et dont la page de titre porte :

Atlas du voyage de Bruny-Dentrecasteaux,
Contre-amiral de France,
Commandant es Frégates la Recherche et l’Espérance,
Fait par ordre du Gouvernement en 1791, 1792 et 1793,
Publié par ordre de sa majesté l’Empereur et Roi,
Sous le Ministère de son excellence l’e vice-amiral Decrès,
Par C.F. Beautemps-Beaupré,
Hydrographe, Sous-chef du Dépôt général des cartes et plans de la Marine et des Colonies,
A Paris, M.DCCC.VII.

J’y trouvai les formidables dessins de la côte de Tasmanie par Piron, peintre de l’expédition de Bruny d’Entrecasteaux, contre-amiral de Louis XVI, parti en 1791 a la recherche de La Pérouse disparu dans le Pacifique. Cet ouvrage, édité sur un papier à dessin au format grand colombier  (90 x 60 cm) présente dans ses planches de cartes 4 planches de vues de côtes, dont celle qui est présentée ici (la 10e) et qui comporte 4 paysages panoramiques de « Vues de différentes parties de la terre d’Anthony van Diemen (la Tasmanie) tirées des cahiers de l’ingénieur hydrographe Beautemps-Beaupré». Arrêtons-nous sur les 3e et 4e dessins, qui représentent la petite île de Tasman et le cap Pillar, qui se trouvent au sud-est de la baie de Port-Arthur. Les orgues de dolérite confèrent aux falaises de ces deux sites des formes rocheuses verticales qui dominent l’océan de près de deux cent mètres de haut, souvent ponctuées de chandelles de pierre avancées en sentinelles dans la mer. Beaucoup d’autres sites de la côte sud-orientale de l’île présentent les mêmes caractères, puisque toute cette région est constituée d’épanchements doléritiques de l’ère secondaire. Le dessin est d’une grande précision tout en montrant la massivité de ces tables rocheuses qui se dressent brutalement aux yeux du navigateur ; et le graveur a souligné la géométrie de ces orgues, comme la rudesse et l’austérité de ces formes monumentales dans l’atmosphère des quarantièmes  parallèles de l’hémisphère sud.

Ces dessins ont été réalisés par Jean Piron, peintre embarqué sur la frégate « La Recherche » en janvier 1793, lorsque les navires de l’expédition, après avoir accompli la première circum navigation du continent australien, sont revenus en Tasmanie, où ils avaient séjourné au printemps 1792. (La Tasmanie avait été reconnue en 1642 par Tasman, qui l’avait nommée « Terre de Van Diemen », en l’honneur du commanditaire de son expédition de découverte, le hollandais Van Diemen, alors gouverneur général des Indes orientales à Batavia). L’expédition de Bruny d’Entrecasteaux, destinée à tenter de retrouver les traces de celle de La Pérouse, comportait aussi une forte équipe scientifique : 2 ingénieurs géographes (dont Beautemps-Beaupré), 5 botanistes-naturalistes, 2 astronomes, 2 peintres (Jean Piron et Chailly-Ely), et 1 jardinier.

Vue aérienne oblique selon la même orientation (S-N) que le profil n°3 « Petite île de Tasman »

 

Vue aérienne oblique prise selon la même orientation (SE-NO) que le profil n°4 « Petite île de Tasman, Cap Pillar »

Les autres planches de l’atlas nous ont intéressé pour des vues d’autres littoraux côtoyés par l’expédition.

 

Vues et plan de l’île Amsterdam (détail)
Planche 2 Atlas du voyage de Bruny-Dentrecasteaux, C.F. Beautemps-Beaupré
Fonds Bibliothèque Méjanes Aix-en-Provence C 9056

La planche n°2 présente les vues de l’île Amsterdam, reconnue dans le sud de l’océan Indien en mars 1792 lors de la traversée entre la Réunion et la Tasmanie. Charles-François Beautemps-Beaupré, ingénieur géographe et hydrographe de l’expédition, y fait preuve de ses talents de dessinateur : il multiplie les dessins topographiques au fur et à mesure que sa frégate, La Recherche, contourne l’île. Gêné par le chapeau de nuages qui couvre le sommet de l’île (comme cela arrive souvent pour les îles qui sont des montagnes dans la mer : ici le Mont de la Dives, un volcan de 881m d’altitude) il a cru bon, au moment de la gravure, de copier une œuvre antérieure d’un collègue qui aurait vu l’île dans son entièreté : le premier croquis, tiré d’un ouvrage de François Valentyn (publié en 1724-26), un voyageur hollandais (Valentijn) qui vécut et voyagea en Indonésie entre 1685 et 1714. De même il n’a pu relever qu’une partie de la carte de l’île : le centre et la côte est sont portés manquants sur le relevé qu’il présente dans la même planche !

Les vues des autres planches sont moins impressionnantes, mais tout aussi soignées :

  • soit couvrant de grandes distances de côtes : la planche n°9, tirée des cahiers de Beautemps-Beaupré, présente 8 profils des côtes méridionales et orientales de l’Australie, dont les vues de la planche 10 sont en fait des compléments pour des points particulièrement spectaculaires et où le peintre Jean Piron a pu mettre l’accent sur l’intérêt paysager et réaliste.

Vues de différentes parties de la terre d’Anthony van Diemen Planche 9 Atlas du voyage de Bruny-Dentrecasteaux, C.F. Beautemps-Beaupré Fonds Bibliothèque Méjanes Aix-en-Provence C 9056

 

  • soit présentant des îles isolées, et parfois des ilots rocheux , au milieu de l’immensité océane. Sur la planche n°17, Beautemps-Baupré analyse ainsi les îles Kermadec (Raoul, Curtis, Macaulay et le Rocher l’Espérance) rencontrées, reconnues et nommées ainsi en mars 1793, lorsque l’expédition fait route de la Nouvelle Zélande vers la Nouvelle Calédonie.

 

Planche 17 Atlas du voyage de Bruny-Dentrecasteaux, C.F. Beautemps-Beaupré (détail)
Fonds Bibliothèque Méjanes Aix-en-Provence C 9056

« Le 15 Mars à 4H33m instant des Observ (ations) le Rocher l’Espérance fut découvert et relevé du haut des Mats au N.29°24’E(st) du Monde, à 16 M(illes) de distance »

Il y a donc bien là une utilisation particulière du croquis panoramique pour assister la cartographie des littoraux marins par les mesures géodésiques et trigonométriques (angulaires). Ils sont dessinés d’un point fixe (pour autant que le navire puisse rester immobile pendant l’observation) et portent pour les points remarquables du profil (caps, iles, sommets terrestres, etc…) :

  • le gisement, relevé de l’orientation sous laquelle le point est vu
  • la distance angulaire mesurée à partir d’un « départ des angles » situé à l’une ou l’autre des extrémités du panorama.  L’angle de vue total peut atteindre une centaine de degrés, soit plusieurs dizaines de milles nautiques (1 mille= 1,852km)

Ces profils topographiques, inscrits dans une grille de mesures géodésiques, participent donc de la cartographie des côtes concernées, mais sont aussi une aide précieuse pour les navigateurs : ils facilitent l’identification des lieux terrestres lorsque les navires approchent de la terre (d’où le premier nom de ces croquis : « vue de reconnaissance ») et en particulier des côtes dangereuses et des ports.

Roland Courtot, juillet 2017