Carnet de géographe : La République Tchèque

Présentation par Pascal CHEVALIER, Professeur de géographie à l’Université de Montpellier III.

Ce Café Géo a eu lieu le mardi 18 avril 2017 au Saint-James, Place du Vigan à Albi à partir de 18h30.

Présentation problématique :

La République tchèque a traversé, au cours du 20ème siècle, des transformations de grande ampleur. De l’instauration du collectivisme et du démembrement des systèmes socialistes au retour de la démocratie locale au tournant des années 1990, elle fait désormais partie intégrante de l’Union européenne.

Cette intégration effective depuis 2004, pourrait laisser supposer que la question de sa singularité est désormais close et que les séries de réformes, engagées durant la phase de transition postcommuniste et de préadhésion à l’Union européenne, ont permis une réduction des écarts fonctionnels et structurels avec les autres territoires d’Europe occidentale. En réalité, la situation est plus complexe. Si l’intégration à l’économie de marché dès 1990, et l’européanisation des institutions ont effectivement engagé le pays vers un modèle convergent de gestion politique et économique sur le modèle occidental, les recompositions territoriales progressent toujours de manière extrêmement inégale selon les contextes régionaux. Entre trajectoire de convergence et renforcement des spécificités, ces recompositions, fortement liées au poids des héritages structurels, s’apprécient encore souvent de manière contradictoire. Elles tendent parfois à rapprocher la République Tchèque d’un modèle territorial occidental, basé sur une diversification des fonctions socioéconomiques et la mise en place de nouveaux modes de gouvernance à la croisée de politiques d’action publique et d’initiatives endogènes.

Mais, dans le même temps, elles concourent à les singulariser et à appuyer leur spécificité dans des domaines aussi variés que l’industrie, l’agriculture et la démographie.

Finalement, 27 ans après le lancement de la grande transformation post collectiviste et quelques années après son intégration à l’Union européenne, où en sont les territoires tchèques ? Quelles sont aujourd’hui les principales tendances à l’œuvre? Les réponses apportées par les changements structurels permettent-elles d’affirmer qu’elles convergent vers un modèle européen ? Ou au contraire, les régions tchèques, dont la polymorphie ne cesse de s’accuser, constituent-t-elles encore un cas particulier dans une Union élargie

Eléments de la présentation :
Tout d’abord, il faut savoir que les spécialistes sur la République Tchèque ne sont pas très nombreux en France, même si c’est une contrée qui n’est pas si lointaine que cela de l’Europe, tout comme ses pays voisins. Ces pays étaient appelés, il n’y a pas si longtemps que cela, les « contrées de l’Europe », mais pour une périphérie, la République Tchèque est pourtant au centre de l’Europe. Pourquoi la République tchèque est une périphérie mais aussi une centralité de l’Union européenne ?

Avec une petite équipe à Montpellier et Perpignan, Pascal Chevalier et d’autres chercheurs sont encore quelques-uns à travailler sur ces territoires à la suite des travaux qui avaient été menés, à partir des années 1990, sur la transition démocratique en Europe centrale. Ils sont donc plusieurs à s’intéresser à ces questions-là.

La République Tchèque est-elle une singularité au sein de l’Union européenne ? Vingt-cinq ans après la transition post-communiste des années 1990, est-ce aujourd’hui un pays véritablement normalisé sur le modèle de l’Union européenne et sur le modèle occidental ?
(suite…)

Vers quelle nouvelle grande région Midi­Pyrénées/Languedoc­Roussillon ?

Café Géo de Montpellier #1 du 06 Septembre 2015
Avec Pascal Chevalier, Professeur à l’Université Montpellier 3, UMR Art­Dev, et Pierre Girard, chef du service des études et de la diffusion INSEE Languedoc Roussillon

Ce café géo avait la volonté d’éclairer certain­e­s de nos citoyen­ne­s sur la réforme actuelle qui redéfinit le contour de notre région, le Languedoc-­Roussillon, qui deviendra l’une des plus vaste de France lors de sa fusion avec la région Midi­-Pyrénées, effective le 1er janvier 2016. Les intervenants ont pu interroger la cohérence de cette réforme.

Intervention de Pascal Chevalier

Il  faut  dans  un  premier temps rappeler le contexte de la fusion des régions, et interroger cette question de la cohérence. Quelle est la meilleure échelle à prendre depuis les lois sur la décentralisation ? Le modèle français est unique car il est fragmenté, et cela même à grande échelle puisque le territoire national est composé de 36 000 communes.

L’idée de rassembler ces dernières en des ensembles plus vastes n’est pas neuve. En effet,  une  réforme  a  déjà  pu  voir le jour dès le XIX° siècle :  les SIVU, ou Syndicat Intercommunal à Vocation Unique, qui exprimaient déjà la volonté de regrouper des communes  entre elles. C’est alors un leitmotiv puisque cette question du regroupement reparut dans les années 1960, période durant laquelle on réfléchit sur un maillage territorial dans une France pourtant centralisée. Les lois sur la décentralisation font des territoires français des collectivités. La dernière de ces collectivités nous est connue : il s’agit de la Région.
(suite…)