Les Cafés Géographiques de Liège

Les Cafés géographiques se déroulent à Liège au Mad Café, Parc d’Avroy.

Les prochains événements annoncés :
Pas de Évènements

Villes, transports et tourisme : Quelle prise en compte des touristes dans l’espace urbain?

Café géo du 13 novembre 2015 à Liège
Animateur : Gabrielle Labescat , urbaniste, consultante en développement touristique  

  1. Les villes et le tourisme

Le tourisme se pratiquât jadis dans la montagne, le désert, sur la plage, les lacs, dans la nature.

Les choses ont bien changé. Les grandes villes se sont embellies, se sont munies d’équipements culturels, et sont revenue de plus en plus attractives.

Ces dernières années, la ville est même devenue un espace touristique majeur. Le top 10 des destinations touristiques urbaines est le suivant : Londres, Paris, Bangkok, Singapour, Hong-Kong, Madrid, Istanbul, Francfort, Dubaï, Rome.

On voit qu’à côté des métropoles européennes, il y a cinq villes asiatiques

Les séjours urbains son généralement très courts (deux à quatre jours) , concentrés sur la culture et le patrimoine .

Il recherche beaucoup les centres historiques et est friand d’insolite.

La virulence de la compétition entre les villes pour ce nouveau type de revenu entraîne une explosion de la publicité touristique des villes.

(Lire la suite…)

La problématique du radon en Belgique

Intervenant : Boris Dehandschutter, docteur en sciences géologiques de la VUB (Vrije Universiteit Brussel) et expert en radioactivité naturelle pour l’Agence fédérale du contrôle nucléaire.

Le radon est l’élément n°86 du tableau périodique ; c’est le plus lourd des gaz nobles. Il est incolore et inodore et provient essentiellement du sous-sol. Sa principale origine est la désintégration du radium, provenant lui-même de celle de l’uranium 238; sa demi-vie est de 3,7 jours. Sa radioactivité  fait courir des risques sanitaires: il est la 1ère cause de cancer  du poumon chez les non-fumeurs, la 2ème cause chez les fumeurs (après le tabac).

Le radon se déplace dans le sous-sol et dans les constructions où il s’accumule en cas de mauvaise ventilation. Il peut aussi y former des aérosols avec les poussières avant de se fixer sur les murs.
La concentration en gaz varie très fort au cours du temps : elle dépend de l’humidité et de la pression atmosphérique. Durant l’hiver, des taux plus élevés sont enregistrés à cause d’une aération moindre et d’une ascendance d’air (chargé en radon) du sol due aux différences de températures entre maison chauffée et sol.

(Lire la suite…)

L’axe Genève-Luxembourg-Panama ou la géographie économique des paradis fiscaux.

Café-géo liégeois du 23 mai 2014.

Intervenant : David Leloup, journaliste pour l’hebdomadaire M…Belgique.

La Suisse est le plus ancien et le plus important centre de gestion de fortunes : elle accueille la gestion de patrimoines depuis 1920. Dès 1934, la loi sur le secret bancaire y attire des capitaux. Après une période creuse (1945-1950), la période 1950-1980 fut l’âge d’or du monde de la finance. Ensuite, de nouveaux paradis fiscaux (Iles Caïmans, Jersey,…) vont concurrencer la confédération helvétique : pour éviter l’impôt des banques, des sociétés fictives (off-shore) sont créées dans les Caraïbes.

(Lire la suite…)

De l’écologie à l’équilibre ?

Café-géo liégeois du 15 novembre 2013.

Intervenant : Emmanuël Sérusiaux, président de Natagora, professeur à l’Université de Liège.

Les débuts de la politique de l’Environnement remontent à 1970 quand le Conseil de l’Europe décrète une « Année de la Conservation de la Nature ». Sont alors fixées les références en matière de protection de l’environnement :

  • l’Ecologie est une et indivisible
  • l’Ecosystème, local comme global, doit être à l’équilibre
  • l’Etat est responsable des procédures et actions
  • le Public doit être sensibilisé.

Les problèmes envisagés sont notamment l’énergie nucléaire (sécurité, déchets, usages civils et militaires), l’accroissement de la population humaine et sa pression sur l’environnement, l’usage du plastique, matériau non biodégradable.
(Lire la suite…)

Quels contours des provinces à la création du Royaume de Belgique en 1830 ?

Quels contours des provinces à la création du Royaume de Belgique en1830 ? Le fond cartographique de la Bibliothèque nationale de France au service de notre histoire.

Café-géo liégeois du 19 avril 2013.

Intervenants : François Nawrocki, conservateur du département des cartes de la BnF à Paris ;
Jasmine D.Salachas, cartographe.

En début de séance, Mme Salachas rappelle l’importance de la vérification des sources. Mr Nawrocki souligne quant à lui le rôle de la carte en tant que document de synthèse, notamment pour défendre un territoire ou pour éclairer la genèse de limites territoriales.

Les contours de la Belgique ont évolué au cours du temps comme le montrent les nombreuses illustrations, issues des collections de la BnF, présentées au cours de la soirée.

La carte « Leo Belgicus » (Pieter van der Keere, vers 1650) montre un territoire correspondant approximativement à la forme d’un lion assis : les Pays-Bas actuels constituent la tête et le cou, le reste du corps représente la Belgique.

A l’époque de Louis XIV, une carte des Pays-Bas présente la division géographique du territoire entre les différentes puissances qui le gouvernent. Les frontières sont soit des limites naturelles, soit une suite de places fortes participant au système de défense du territoire. Les conflits nombreux entraînent souvent l’apparition d’enclaves.

(Lire la suite…)

Les Balkans dans ou devant l’Europe

Plus de vingt ans après les premiers affrontements au Kosovo à la fin de l’année 1988, et le début d’une grève générale des Albanais qui amena l’intervention de l’armée nationale yougoslave (JNA), le Kosovo est devenu indépendant en 2008 et les principales puissances de la communauté internationale ont reconnu cette indépendance. Peut-on dire pour autant que tout est réglé dans les Balkans ? Sûrement pas. Du moins peut-on tenter un bilan des vingt ans d’affrontements et de la plus sérieuse crise qu’ait connu l’Europe depuis 1945.

Plus modestement il s’agit de faire le point sur un conflit dont personne n’aurait pu imaginer la violence, les géographes pas plus que les autres. Ce serait un exercice cruel que de recenser ce que des plumes autorisées ont écrit sur le sujet, avant que les événements tragiques ne se déclenchent. On ne prévoit bien qu’après coup.

(Lire la suite…)