Environs et mesures (Pierre Senges)

Pierre SENGES, Environs et mesures,
Le Cabinet des Lettres, Gallimard, 2011 (104 pages)

Environs et mesures : l’approximatif et l’exact, le flou et le fixe, le proche et le précis, le fictif et l’effectif, etc. Cet essai distingue et associe les mots :la fable et le vrai, le mythe et le savoir se mêlent dans les œuvres de fiction comme dans les écrits du savant.« On ne peut pas s’empêcher d’interroger le réel en même temps que l’imaginaire, c’est-à-dire décortiquer chaque élément d’une fable pour voir s’il peut, en plus de distraire, obéir aux lois de la physique » (p. 72). Le géographe n’y échappe pas, qui cherche en vain le bout du monde et l’entrée des Enfers, ou qui croit mesurer la terre alors qu’il la toise. Mais « la géographie n’est pas la seule à donner l’hospitalité à la fois au vrai et au faux » (p. 30).Déjà, en 2004, Pierre Senges avait réfuté par la fiction la découverte de l’Amérique[1] ; il interroge ici « les  terres à moitié imaginaires, à moitié réelles de notre géographie » (p. 89).

(suite…)

Géographie de mille hectares. À quoi pouvait servir la géographie en 1937 ?

geographie_mille_hectares

« C’est peu, un carré de 3 cm découpé dans les fils bleus, les traits rouges et les piquetés verts de la carte au 1/100000°. En ce cadre étroit, je ferai tenir toute la France. » (M. Bedel, p. 12)

La vignette, sans doute une xylographie, présente un croquis marron et blanc et un cartouche brun rouge qui l’encadre. Celui-ci symbolise les productions agricoles et l’abondance rurale traditionnelles : arçon de vigne (ou « vignette »), épis et botte de blé, le vin et le pain. Le croquis, lui, fait question par la maladresse du piqueté des vignes, de la houle des blés, des arbres épars, des filets d’eau et surtout des routes démesurées et plaquées sur le paysage et plus encore sur le village. Et comme ce croquis fait justement 3 cm² sur la couverture originale, il n’est sans doute pas l’œuvre d’un professionnel de l’édition, mais de l’auteur lui-même qui, à plusieurs reprises, se qualifie ainsi : « Je suis un géographe, je me présente ici comme tel, et c’est de géographie que je traite en ces pages » (p. 25).

(suite…)

Le Maître-Loup (Gwénaëlle Kempter)

Le Maître-Loup (Gwénaëlle Kempter)
Editions Plaisir de Lire, Lausanne, 2009, 150 pages.

maitre_loup

Le Canton du Valais est connu en Suisse et à l’étranger pour son microclimat qualifié de « méditerranéen ». Les sites internet promouvant le tourisme dans cette région alpine ne manquent jamais de souligner l’exceptionnalité du climat valaisan, qui peut vanter, en été comme en hiver, une présence presque constante de soleil. Les genevois connaissent les bienfaits hivernaux des escapades dans les montagnes valaisannes. Quand la grisaille domine les côtes du Lac Léman, il suffit de prendre le train en direction du Valais pour retrouver le ciel bleu et le soleil.

Le paysage qui s’offre au voyageur est dominé par les vignobles en terrasse, grimpant sur les pentes des deux versants de la vallée. La plaine, arrosée par le Rhône, est parsemée d’abricotiers, un produit labellisé « du terroir ».

Le livre de Gwénaëlle Kempter est un roman. Quelques indices nous suggèrent que l’auteure a choisi son Valais natal pour situer son premier ouvrage. Elle ne dévoile pas la période dans laquelle son histoire se déroule, mais il est clair qu’Aleksei, protagoniste de ce « thriller écologique », comme le petit éditeur aime à qualifier ce roman, est un de nos descendants. Il n’est pas forcément attachant ; il peut se révéler très cynique et dur, à l’image de l’environnement qui l’entoure tout au long de son errance.

En effet, à l’heure où les scientifiques et les médias nous alertent sur l’augmentation de la température due aux changements climatiques, Aleksei nous plonge dans environnement dominé par la blancheur de la glace et de la neige, signes précurseurs du début d’une nouvelle ère glaciaire, d’un « Ordre du Chaos », comme Aleksei la qualifie. Il est une des rares personnes qui erre au cœur ce monde hostile, dans lequel le nomadisme n’est pas un choix de vie, mais une simple question de survie. Pourtant, on devine que cet espace était autrefois habité ; grâce à la présence de maisons désertées et en ruine. Mais ces ancêtres, qui, on s’en doute bien, ne sont autre que nous (hommes du XXe siècle), ont provoqué cette catastrophe écologique à laquelle Aleksei doit faire face.
Désormais, c’est l’instinct qui le guide dans ses choix de déplacement, dans ses actions, dans sa recherche d’abris et de nourriture. L’intrigue se tisse autour de l’être humain en voie d’extinction, menacé par les animaux et la nature. Une nature bien différente de celle qu’on connaît dans les Alpes valaisannes : les vignobles et les abricotiers ont laissé la place aux lichens. Les rennes, les loups et les ours prennent possession des lieux. Dans un monde où bêtes et hommes se confondent ; les rares rencontres d’Aleksei avec ses semblables se transforment souvent en cauchemar. Mais il y a toujours une exception…

Cristina Del Biaggio

Archives – Des livres

« Du renseignement » (Revue Défense Nationale), Benjamin Guinet, 19 février 2013
 rdn-755-renseignement.pdf

L’Avantage métropolitain (Ludovic Halbert), Manouk Borzakian, 05 février 2013
 avantage-metropolitain.pdf

Les territoires saisis par le virtuel (Anolga Rodionoff), Hovig Ter Minassian, 19 janvier 2013
 territoires-virtuels.pdf

Les fleuves mythiques (Elisabeth Dumont-Le Cornec), Daniel Oster, 06 janvier 2013
 fleuves-mythiques.pdf

(suite…)

Les transports dans l’aménagement urbain à Lyon (Christian Montès)
Christian Montès, Les transports dans l’aménagement urbain à Lyon, Geocarrefour, Lyon, 2003, 264 p.

Christian Montès, Les transports dans l’aménagement urbain à Lyon, Geocarrefour, Lyon, 2003, 264 p.

Christian Montès (université de Lyon-2) est bien connu des Cafés géos (voir, entre autre, un mémorable débat avec I. Lefort). Il vient de publier l’essentiel de son imposante thèse consacrée aux transports lyonnais. Les liens entre la ville et les transports sont souvent caricaturés, car difficiles à décortiquer. Or, C. Montès parvient à dénouer ces liens grâce à une approche pluri-disciplinaire qui met en évidence plusieurs mutations pour l’agglomération lyonnaise :
–  le passage d’une organisation des transports fondée sur l’industrie à une nouvelle forme largement inspirée par la tertiarisation ;
–  l’éclatement d’une polarité unique en une polarité multiple (Part-Dieu, technopôles, Cité internationale, Confluence) ;
–  la valorisation des modes de transports de haut débit (TGV) et de grande portée (aéroport international) dans la construction d’une nouvelle identité européenne.
Le chercheur montre que ces mutations sont liées à la prise de conscience d’une crise des transports en centre-ville et par la naissance d’une expertise locale (par les plans d’agglomération) au service d’un aménagement très ambitieux. Le géographe observe les niveaux d’échelle auxquels travaillent les aménageurs, leur façon de « manier » le site complexe de la ville-centre, la position de plaque tournante de niveau européen (la Communauté urbaine compte une soixantaine d’autoroutes). Un copieux « prolégomène » explicite, entre autres, les hiatus entre théories et réalités de l’aménagement, le passage d’une toute puissance des sociétés d’économie mixte à des partenariats avec le privé.
(suite…)

« Page précédente