FIG 2021. Impressions d’une géographe

Le FIG 2021 à Saint-Dié-des-Vosges (photo prise par l’auteur)

En simple géographe, à Saint Dié-des-Vosges je suis allée.
Pour la 32ème édition du FIG (Festival International de Géographie) le soleil fut éclatant et dans le ciel tout bleu, les sommets vosgiens se détachaient admirablement.
Les festivaliers étaient revenus, peut-être en moins grand nombre qu’avant la pandémie, mais toujours avides de conférences et de retrouvailles conviviales sur les terrasses des nombreux cafés de la ville. Deux sujets étaient retenus cette année :
Territoire invité : Europe(s). Thème : le Corps

Le thème du corps, soyons honnêtes, en a surpris plus d’un ! Il a été retenu en l’honneur du président du FIG 2021, Georges Vigarello, connu pour sa thèse d’histoire « Le Corps redressé » devenue en 1978 un succès en librairie. Le festival aborde la dimension spatiale des rapports de domination fondés sur des attributs corporels, à commencer par les dominations sexistes et racistes.
A quelques semaines de la présidence française de l’Union européenne et quelques mois après le Brexit, le FIG s’interroge, sans surprise cette fois, sur la notion d’Europe(s) : un continent, une construction territoriale, une puissance géopolitique ? Ce questionnement est d’autant plus sensible que Saint-Dié se trouve dans une région Grand Est qui jouxte les frontières avec nos voisins belges, luxembourgeois et allemands.
Le salon du livre, sous son chapiteau, a aussi attiré beaucoup de monde. On y trouvait des livres pour les enfants, pour les gastronomes, pour les géographes et historiens, pour les amateurs d’art et bien entendu, exposés en bonne place, les derniers ouvrages des intervenants invités au festival. De quoi faire de grandes emplettes !
Comme d’habitude on ne pouvait aller à toutes les conférences, mais celles que j’ai retenues m’ont apporté beaucoup de satisfaction. Je vais donc vous les présenter. (suite…)

Un duel Chine / Etats-Unis ?

 

Récemment l’IRIS a présenté un webinaire où plusieurs chercheurs de l’Institut ont exposé leur analyse du rapport de forces entre les deux premières puissances mondiales, les Etats-Unis et la Chine.
Cette problématique n’est pas récente mais elle a trouvé une nouvelle actualité avec l’élection de Joe Biden.

Nous tenterons de faire une synthèse des idées échangées.

En introduction, Pascal Boniface assure que le changement de président amènera vraisemblablement peu de changement dans les relations entre les Etats-Unis et la Chine. Leur rivalité qui revêt de nombreux aspects, peut-elle être qualifiée de « Guerre froide » ? Malgré quelques points semblables, la situation géopolitique diffère beaucoup de celle qui a suivi la IIe Guerre Mondiale. La Chine ne cherche pas à prendre la tête d’une coalition internationale afin de détruire à terme les Etats-Unis. Elle ambitionne « seulement » d’occuper la première place mondiale, ce qui est source d’une grande angoisse chez son rival.

(suite…)